Sondage. Les quatre favoris dans un mouchoir de poche

20 Avril, 2017, 11:07 | Auteur: Remi Laffitte

Elle est désormais créditée de 23 % des intentions de vote.

Bien malin celui qui pourrait prédire l'issue du premier tour de scrutin de l'élection présidentielle française, qui se tiendra dimanche prochain. Ils voient tous les deux leur score progresser d'un point par rapport à la précédente édition de cette enquête, publiée vendredi dernier, tandis que François Fillon et Jean-Luc Mélenchon, à égalité avec 19%, perdent chacun un point. Notre indice de volatilité connaît ainsi une nouvelle baisse de 5 points depuis la semaine dernière et de 16 points en un mois, témoignant d'une cristallisation progressive des votes. Dans les configurations testées pour le second tour, Emmanuel Macron s'imposerait face à Marine Le Pen (avec 66% des suffrages), face à François Fillon (68%) et à Jean-Luc Mélenchon (60%).

Au demeurant, la situation à une semaine du scrutin reste indécise avec 53% des électeurs qui déclarent aujourd'hui avoir définitivement fait leur choix et 47% qui hésitent encore entre des candidats ou entre voter et s'abstenir. (28% votant pour Marine Le Pen).

La secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel, votera pour Emmanuel Macron dès le premier tour de la présidentielle.

Compte tenu du resserrement de l'écart entre les candidats dans les enquêtes d'opinion, cette semaine sera cruciale et décisive. Les électeurs se laissent-ils donc influencés à ce point?

Une des attractions de la journée de mardi sera sans doute Jean-Luc Mélenchon, dont le meeting à Dijon sera reproduit par hologramme à Nantes, Nancy, Grenoble, Clermont Ferrand et au Port à La Réunion.

Ce parti est de moins en moins l'exutoire d'un ressentiment vis-à-vis des autres formations politiques puisqu'en vingt ans, l'adhésion à son idéologie par ses électeurs est passée de 13% à 40%. Certains se sont en effet détournés du candidat de la France Insoumise et ont l'intention de voter pour Marine Le Pen.

De leurs côtés, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon sont quatre points derrière elle. Désormais crédité de 18 à 19% d'intentions de vote, il séduit nombre d'électeurs de gauche déboussolés par la campagne du candidat du PS Benoît Hamon et par Emmanuel Macron, naviguant aux marges de la droite. À voir. Il bénéficie en tout cas d'un glissement des voix des électeurs très ancrés à gauche, plus vraiment convaincus par le candidat socialiste Benoît Hamon.

Parti à bonne allure en se frayant un chemin au centre précis de l'échiquier politique français, l'ancien ministre de l'Économie de François Hollande a su éviter d'être pris en tenaille par les partis classiques, dont il s'est d'emblée démarqué. Diffusée le 10 avril dernier, celle-ci avait rassemblé 4,8 millions de curieux (20,8% du public). Emmanuel Macron conçoit la culture comme une possibilité de "se construire de l'intérieur et construire une identité, tout en affirmant le besoin de "préserver la diversité, pour garder la possibilité de choisir, essence de la démocratie ".

Recommande: