Syrie: 24 morts dans l'attentat terroriste contre des personnes évacuées (OSDH)

20 Avril, 2017, 23:41 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Samedi 15 avril alors que le convoi de bus était à l’arrêt à Rachidine une banlieue rebelle de la ville d’Alep plus au nord bloqué en raison de désaccords entre belligérants un kamikaze en a profité pour lancer sa camionnette piégée con

Après une longue attente, civils et combattants ont commencé vendredi à être évacués de quatre villes assiégées en Syrie, tandis que les alliés du président Bachar al-Assad se réunissaient à Moscou sur fond de tensions américano-russes. Des milliers de personnes se sont ainsi retrouvées bloquées près d'Alep, certaines en zones rebelles, d'autres dans des secteurs contrôlés par le régime.

Un kamikaze a lancé samedi sa camionnette piégée contre un convoi de bus transportant des milliers d'habitants évacués de Foua et Kafraya, localités prorégime assiégées par les insurgés dans la province d'Idleb (nord-ouest), selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Présent à Al-Rashideen, une ville à l'est d'Alep tenue par l'opposition, un correspondant de l'AFP a rapporté l'arrivée de près de 75 bus en provenance de Foua et Kafraya, deux localités aux mains du régime dans la province d'Idleb (nord-ouest).

C'est à bord de ces bus que 5.000 personnes avaient été évacuées vendredi de Foua et Kafraya, deux localités loyalistes assiégées par les rebelles, en vertu d'un accord qui a permis l'évacuation simultanée de deux localités rebelles assiégés par le régime.

La télévision syrienne d'État a imputé aux " groupes terroristes " -terme utilisé par le régime pour désigner rebelles et djihadistes- la responsabilité de cet attentat. Les adultes tués sont des travailleurs humanitaires locaux ou des rebelles qui gardaient les bus.

Mais l'influent groupe rebelle Ahrar al-Cham a nié toute implication des rebelles.

Nouvel attentat en Syrie. "La mort peut vous surprendre en quelques minutes".

Quelques heures après l'attaque, des convois ont repris la route pour rejoindre leur destination finale.

Depuis vendredi, ce sont plus de 7 000 personnes qui ont pu être évacuées.

Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l'ONU, Stephen O'Brien, s'est dit "horrifié" par cette attaque "monstrueuse et lâche".

Les morts sont en grande majorité des habitants de Foua et de Kafraya. Un nouvel épisode sanglant dans ce pays en guerre depuis 2011. "Ses auteurs ont fait preuve d'une indifférence éhontée pour la vie humaine", s'est-il emporté.

La poursuite de l'opération d'évacuation qui devrait concerner plusieurs milliers de personnes supplémentaires était en suspens dimanche après-midi.

Après des mois de siège, le régime a proposé des accords d'évacuation que l'opposition syrienne dénonce comme des "transferts forcés" constituant "des crimes contre l'Humanité". Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: