Trois candidats à l'élection présidentielle en deux jours — Nantes

20 Avril, 2017, 08:16 | Auteur: Timothe Dupuy
  • Le candidat socialiste à l'élection présidentielle Benoît Hamon

Selon les statistiques, Emmanuel Macron est le favori, mais ces scores font voir une courbe évolutive de croissance et de décroissance, le même cas pour la candidate du Front National Marine Le Pen. Une promesse qui ne figure pas dans son programme.

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a quant à elle demandé à TF1 de la recevoir pour son émission "Demain, Président" sans drapeau européen en fond, ce qu'a accepté la chaîne, a annoncé son présentateur Gilles Bouleau mardi soir.

Sa réunion pourrait être perturbée par des collectifs qui projettent plusieurs "actions". Environ 20.000 personnes sont espérées, la capacité maximale de la salle.

Expérimentés en 2012, les grands rassemblements de plein air ont également fait le plein, suscitant à chaque fois l'émotion du candidat à son arrivée sur une scène installée systématiquement au centre de la foule, et abaissée récemment à hauteur de têtes. Le leader d'En Marche! et la candidate du Front national gagnent chacun un demi point dans cette enquête, avec respectivement 24 et 23%, tenant à distance François Fillon et Jean-Luc Mélenchon, chacun en recul de 0,5 point à 19,5 et 18%. François Fillon avait lui été informé de "risques avérés" d'attentat contre sa campagne.

Il a réuni lundi après-midi ses soutiens à Nice (sud-est), où il a promis "la sécurité partout et pour tous".

"Moi présidente, le rétablissement des frontières sera mis en place dès le lendemain de ma prise de fonctions".

Sa campagne a été fortement perturbée et ses sorties sur le terrain se sont raréfiées, jusqu'à ce qu'il multiplie les meetings depuis une semaine.

Marine Le Pen -donnée un demi-point derrière M. Macron à 22,5% des intentions de vote, selon un sondage Ipsos Sopa Steria- tient également un grand meeting de fin de campagne à Marseille.

Sur la forme, la réussite technique et le succès populaire et médiatique de son meeting en direct par hologramme du 5 février a donné des ailes à son équipe qui table sur une fréquentation totale de plus de 30.000 personnes ce mardi entre les sept villes de France.

Accusé de "simplisme" par le président socialiste François Hollande, il a prononcé à Toulouse un "hymne à la liberté", développant aussi ses idées sociales, laïques et "anti-système". "Cela s'appelle être d'extrême-gauche!".

"Aujourd'hui que l'Europe a su nous prémunir de la guerre et des conflits, préservons-là plutôt que d'en faire le bouc-émissaire de nos renoncements", a-t-il dit lors de la commémoration d'une bataille de la première guerre mondiale.

Recommande: