Attentat sur les Champs-Elysées : Identité du tireur

21 Avril, 2017, 20:28 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Sur les Champs-Elysées un attentat soulève un vent de panique

Très vite encore, une perquisition a eu lieu jeudi soir en Seine-et-Marne au domicile de l'assaillant présumé, grâce à la carte grise retrouvée dans le véhicule. Or, selon des sources proches de l'enquête, l'agresseur abattu est un Français de 39 ans, du nom de Karim C. Cela pose donc la question de savoir s'il s'agit du même homme que celui donné par l'organisation terroriste.

L'homme signalé par les Belges "est-il lié de près ou de loin à ce qui s'est passé sur les Champs-Élysées? Je ne peux pas vous le dire et en tout cas, il est trop pour le dire, il y a un certain nombre d'informations à vérifier", a déclaré sur Europe 1, Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Peu après l'attentat contre des policiers aux Champs-Élysées, qui a fait une victime, François Fillon lançait un appel en conclusion de l'émission "15 minutes pour convaincre". L'auteur de ces tirs a été abattu par des tirs de riposte.

Pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, la présidentielle, à l'issue extrêmement incertaine, se déroule sous le régime de l'état d'urgence, instauré dans la foulée des attentats du 13 novembre 2015 et prolongé plusieurs fois. En liberté conditionnelle à partir de juillet 2013, il était retourné en prison en octobre en raison d'un vol aggravé qui lui a valu une nouvelle condamnation par le tribunal de Meaux en 2014 à quatre ans de prison, dont deux ans de sursis avec mise à l'épreuve. "Je n ai jamais vécu une telle scène de panique on s est réfugié dans des bureaux toutes les tables renversées par des gens pris de panique". Karim Cheurfi avait fui à pied, et rattrapé, il avait tiré sur le jeune policier portant un brassard, le blessant de deux balles. Un des policiers a été tué, deux autres blessés et une passante a également été touchée.

Vendredi matin, trois proches de l'assaillant ont été mis en garde à vue par les services antiterroristes. La justice l'a condamné à 20 ans de prison en 2003 pour trois tentatives d'homicide volontaire dont deux sur des fonctionnaires de police.

L'attaque sur les Champs-Elysées à Paris, qui a coûté la vie jeudi soir à un policier, a tendu la campagne présidentielle et replacé les débats sur la lutte antiterroriste au coeur de l'élection à deux jours du premier tour.

Parallèlement à cette procédure engagée à Meaux, la section antiterroriste du parquet de Paris ouvre en mars une enquête préliminaire le visant et confiée à la DGSI.

Outre le chef de l'Etat, y participent le Premier ministre Bernard Cazeneuve, les quatre ministres régaliens (Intérieur, Justice, Défense et Affaires étrangères), ainsi que les patrons des services de sécurité, de renseignement et de l'armée, soit une quinzaine de personnes, a-t-on précisé de même source.

Recommande: