Bose accusé d'espionner les utilisateurs de ses casques

21 Avril, 2017, 01:31 | Auteur: Ludovic Moineau
  • Bose casques audio

Mais cela vaut aussi son pesant d'or pour Bose même, puisque "toutes sortes d'informations personnelles disponibles" sont ainsi collectées et envoyées à des entreprises extérieures.

Un procès contre Bose, accusé d'espionnage Un procès s'est tenu contre Bose ce mardi 18 avril 2017: l'un des plaignants, Kyle Zak, affirme que Bose a commencé à espionner les utilisateurs de ses casques connectés en Wi-fi après les avoir obligés à installer une application intitulée Bose Connect.

Le manque de sécurité des objets connectés est une chose, l'exploitation des données en est une autre.

Le fabricant de casques Bose est connu pour ses casques et appareils audio, et notamment pour sa fonction de réduction active du bruit QuietComfort présente dans certains de ses casques filaires et sans fil.

C'est un habitant de Chicago qui porte plainte auprès de la cour fédérale.

L'application Bose Connect permettrait ainsi de rassembler un grand nombre de données personnelles et de dresser des profils à partir des écoutes musicales et des podasts suivis par les utilisateurs pour déterminer des éléments comme la confession religieuse ou l'appartenance politique, sans compter la masse d'informations (nom, adresse email, numéro de série du casque.) recueillies et assurant une identification unique de l'utilisateur. Par exemple l'historique audio d'une personne peut contenir des fichiers tels que des podcasts LGBT ou des enregistrements d'appel à prière. Une information essentielle dont il n'est fait aucune mention dans les déclarations de confidentialité de l'application.

L'application Connect n'est pas nécessaire pour utiliser les haut-parleurs et les écouteurs de l'entreprise, mais elle offre des fonctionnalités telles que la commutation simplifiée entre les périphériques appariés qui seraient impossibles grâce à un couplage Bluetooth traditionnel.

Après avoir acheté son QuietComfort 35 (excellent casque au demeurant), le plaignant a installé l'application qui lui est associée.

Recommande: