Fillon aux électeurs de droite: "s'ils votent Le Pen, ils auront Macron!"

21 Avril, 2017, 02:28 | Auteur: Remi Laffitte
  • Le candidat du mouvement En Marche ! Emmanuel Macron lors d'un meeting à Paris le 17 avril 2017  AFP

La multiplicité des candidatures à gauche combinée à une forte probabilité de présence au second tour de Marine Le Pen et à un rejet de François Fillon par la gauche a probablement poussé certains électeurs à privilégier le favori au détriment de leurs convictions. Par conséquent, si l'on s'en tient à un argument purement pragmatique, face à la gauche, il vaut mieux voter Marine que Fillon, notamment parce que ce dernier, au second tour, ne ralliera pas les classes populaires. Et compte-tenu des marges d'erreur, comme le montre notre infographie ci-dessous, le candidat de la droite et celui de la France insoumise sont toujours en mesure de décrocher une place pour le second tour.

"Le débat, c'est formidable, c'est les +punchlines+, les petites phrases, les postures", mais "trois jours avant le scrutin, ce n'est pas de ça dont les citoyens ont besoin", a défendu le directeur de l'information de France Télévisions, Michel Field.

Sur la chaîne publique France 2, les candidats aborderont les thèmes du pouvoir d'achat, du chômage, de la politique internationale et de l'Europe. Benoît Hamon n'arrive pas à franchir le cap des 10% depuis sa descente mais s'établit tout de même à 8,5% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle. Le candidat de la droite s'est rendu dans les locaux de l'entreprise de musique en ligne Deezer avec Alain Juppé, son ex-rival de la primaire, avec qui il n'avait pas été vu depuis fin janvier.

Le candidat de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan se maintient à 4%, devant Philippe Poutou (1,5%) et Jean Lassalle (1%). Avec un score se situant entre 23 et 26%, il semble se diriger tout droit vers un second tour.

A quatre jours du premier tour de l'élection présidentielle, un sondage Ipsos Sopra-Steria pour le Cevipof et Le Monde publié ce mercredi confirme que la compétition demeure extrêmement serrée entre quatre candidats: Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon. Au lendemain d'une démonstration de force à Paris, où il a réuni 20 000 supporters, Emmanuel Macron a arpenté les allées du marché de gros de Rungis, au sud de Paris.

Une des attractions de la journée de mardi sera sans doute Jean-Luc Mélenchon, dont le meeting à Dijon sera reproduit par hologramme à Nantes, Nancy, Grenoble, Clermont Ferrand et au Port à La Réunion. François Fillon et Marine Le Pen gardent encore le mystère sur leurs dernières heures de campagne.

Recommande: