France : Une fusillade sur les Champs-Élysées revendiquée par l'État islamique

21 Avril, 2017, 20:58 | Auteur: Gregory Millet
  • Fusillade sur les Champs-Élysées: un policier tué et un second blessé !

Durant l'attaque terroriste, un policier a été tué et deux autres blessés. "L'auteur de l'attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abou Youssef le Belge, et c'est un des combattants de l'Etat islamique", a écrit le groupe sunnite extrémiste dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq.

Cela pose donc la question de savoir s'il s'agit du même homme que celui nommé par l'EI.

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête sur la fusillade, a annoncé le parquet dans la soirée du 20 avril. On apprend par une source proche de l'enquête que l'individu faisait l'objet d'une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers.

Karim Cheurfi avait déjà été condamné en 2005 à 15 ans de réclusion pour tentatives d'homicide volontaire: en 2001, il avait blessé grièvement par balles un élève gardien de la paix et son frère, après une course-poursuite. Une perquisition était en cours en Seine-et-Marne au domicile de cet homme. Des perquisitions et investigations sont en cours pour établir "s'il a bénéficié ou pas de complicités", a poursuivi François Molins, qui donnera un point presse vendredi dans la journée.

Prenant la parole d'un ton grave depuis l'Elysée, François Hollande s'est dit "convaincu" que la fusillade qui a eu lieu vers 21H00 était "d'ordre terroriste", promettant d'être d'une "vigilance absolue" pour sécuriser la présidentielle, dont le premier tour se tient dimanche.

François Hollande, Marine Le Pen et François Fillon ont annulé leurs déplacements prévus vendredi.

A hauteur du 104 de l'avenue des Champs Elysées, devant le magasin Marks & Spencer, un homme arrive en voiture peu avant 21 heures. "Il a ouvert le feu sur le car de police à l'arme automatique, a tué l'un des policiers et à essayé de s'en prendre aux autres en courant", a rapporté à l'AFP une source policière.

La circulation a été bloquée sur cette artère touristique du coeur de la capitale, bordée de boutiques de luxe et de restaurants. Un hélicoptère a survolé la zone. Choukri Chouanine, gérant d'un restaurant situé rue de Ponthieu, dans une rue adjacente, a raconté à l'AFP avoir entendu une "fusillade brève" mais avec "beaucoup de tirs". 'On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols', a-t-il ajouté.

La fusillade de jeudi soir est intervenue pendant le dernier grand oral télévisé des onze prétendants, tous décidés à convaincre les nombreux indécis et abstentionnistes, avant la clôture officielle, vendredi à minuit, d'une campagne au niveau de suspense inédit.

Le candidat de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a exprimé son désaccord avec François Fillon.

Quelques minutes après les événements, le président américain a présenté les condoléances du peuple américain aux Français. Pour le moment, la date n'a pas été communiquée. Les Parisiens ont été priés de ne pas s'approcher des lieux. Auparavant, le ministère allemand des Affaires étrangères avait assuré dans un tweet que l'Allemagne se tenait "de façon ferme et déterminée aux côtés de la France".

Pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, la présidentielle, à l'issue extrêmement incertaine, se déroule sous le régime de l'état d'urgence, instauré dans la foulée des attentats du 13 novembre 2015 et prolongé plusieurs fois.

Recommande: