Karim Cheurfi, un récidiviste de l'attaque de policiers — Champs-Elysées

21 Avril, 2017, 21:12 | Auteur: Remi Laffitte
  • Attaque sur les Champs-Elysées: un vendredi sous haute tension

À seulement trois jours du premier tour de l'élection présidentielle, la France déplore un nouvel acte de barbarie. Il a alors ouvert le feu, abattant un policier et en blessant deux autres dont l'un plus gravement.

L'assaillant a été abattu. "L'auteur de l'attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c'est un des combattants de l'Etat islamique", a écrit Amaq.

"L'agresseur est arrivé en voiture, est sorti". Il a ouvert le feu " a priori à l'arme automatique " sur le car dans lequel se trouvait le policier qui a été tué. Il était peu après 21h.

Le quartier a été bouclé et d'importantes forces de police ont été déployées. Un hélicoptère survolait la zone dans la soirée.

Choukri Chouanine, gérant d'un restaurant situé rue de Ponthieu, dans une rue adjacente, a raconté à l'AFP avoir entendu une "fusillade brève" mais avec "beaucoup de tirs". "Il ne savait même pas se servir d'une télécommande, alors aller sur internet et contacter "Daech", j'imagine pas!", développe-t-il. Le porte-parole a déclaré qu'outre celle sur les Champs-Elysées, aucune autre intervention policière n'était en cours.

Un fusil à pompe et des armes blanches ont été retrouvés dans la voiture de l'assaillant, a appris franceinfo vendredi de source judiciaire. Selon des sources proches de l'enquête, l'auteur est Français, connu pour sa radicalisation. S'exprimant devant la presse jeudi soir près du lieu de l'attaque, il s'est cependant refusé à donner l'identité de cet homme, en raison des nécessités de l'enquête. Il avait déjà été condamné en 2005 en appel à quinze ans de réclusion pour tentatives d'homicide volontaire notamment sur un policier en Seine-et-Marne.

"Nous sommes convaincu qu'il s'agit d'une attaque terroriste".

Peu avant 21 heures, jeudi, à proximité du 102 avenue des Champs-Élysées, à Paris, un homme à bord d'un véhicule s'est arrêté au niveau d'un fourgon de police stationné sur l'artère.

"Une fois de plus, la sécurité étant la première des libertés, les forces de l'ordre sont prises pour cible et paient de la façon la plus tragique leur investissement dans la sécurité de nos concitoyens", a déclaré le secrétaire général de l'Unsa police, Philippe Capon. Cet homme s'est présenté vendredi matin dans un commissariat d'Anvers, selon le ministère français de l'Intérieur.

Dans un communiqué, le président du conseil départemental a réagi ce vendredi matin:?La France est triste et ses policiers, ses gardiens de la paix, sont touchés au coeur de leurs rangs. Le cordon de sécurité a été retiré.

Quelques minutes après les événements, le président américain a présenté les condoléances du peuple américain aux Français. Ils se trouvaient dans les habitations perquisitionnées dans la nuit de jeudi à vendredi à Chelles (Seine-et-Marne). Il a promis d'être d'une "vigilance absolue" pour sécuriser les élections présidentielles, dont le premier tour se déroule dimanche.

Les candidats à l'élection présidentielle avaient commencé à marteler sans surprise leurs positions sur France 2 et France Inter, lors de la dernière émission télévisée qui avait pris la forme d'interviews successives sans débat, quand la nouvelle de la fusillade a fait irruption sur le plateau.

Recommande: