L'Arkansas procède à une exécution, première d'une série prévue — Etats-Unis

21 Avril, 2017, 19:50 | Auteur: Edgar Lajoie
  • PREMIER CONDAMNÉ À MORT EXÉCUTÉ EN ARKANSAS DEPUIS DOUZE ANS

L'Arkansas a procédé à la première exécution depuis plus de dix ans d'un condamné, parmi les huit détenus que cet État du sud voulait mettre à mort d'ici la fin du mois. Une série inédite qui fait l'objet d'une âpre bataille judiciaire.

Ledell Lee, afro-américain de 51 ans condamné pour le meurtre d'une femme blanche en 1993, a été exécuté ce jeudi juste avant minuit en Arkansas.

La procureure générale de l'Arkansas, Leslie Rutledge, entend suivre le programme du gouverneur et faire annuler ces sursis, alors que trois autres exécutions restent programmées.

L'Arkansas prévoit aussi d'exécuter Jack Harold Jones et Marcel Williams le 24 avril, ainsi que Kenneth Williams le 27 avril. Quatre d'entre eux ont obtenu un sursis.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la Cour suprême de l'Arkansas a octroyé un sursis à Stacey Johnson.

L'individu affirmait son innocence et demandait des tests ADN qui, aux dires de ses avocats, auraient démontré qu'il n'était pas le coupable de ce meurtre.

Ledell Lee a reçu une injection mortelle composée de trois produits, après que la Cour suprême des États-Unis a rejeté des demandes de sursis de dernière minute. L'homme avait déjà pris ce qui devait être son dernier repas.

L'Etat de l'Arkansas veut exécuter huit condamnés d'ici la fin du mois d'avril, un projet qui a soulevé une vive controverse aux Etats-Unis. Mais ce produit a été critiqué pour son effet parfois insuffisant ce qui peut provoquer des souffrances. Il s'agirait du plus grand nombre d'exécutions par un État en si peu de temps depuis que la Cour suprême des États-Unis a rétabli la peine de mort en 1976. Il n'a fait aucune déclaration avant de mourir, ont précisé les autorités pénitentiaires.

Recommande: