Macron et Le Pen ex aequo au dernier jour de la campagne

21 Avril, 2017, 21:11 | Auteur: Edgar Lajoie
  • François Fillon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen visés par un attentat terroriste

Dans le Présitrack du 19 avril, rien ne bouge dans les lignes. A quelques jours du premier tour, les électeurs pourraient en effet avoir arrêté leur choix sur leurs candidats.

C'est l'un des tout derniers sondages à quatre jours du premier tour.

A Bercy, lundi, le candidat d'En Marche, Emmanuel Macron, a lui aussi essayé de convaincre les hésitants et les déçus du système politique en exposant son approche rassembleuse et en misant sur son projet pour moraliser la vie politique. Marine Le Pen sera elle à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) dans un refuge de la Société de protection des animaux. Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) est stable. Benoît Hamon n'a aucune chance de revenir dans la course à moins d'un miracle. Il enregistre 11 points de retard par rapport à Jean-Luc Mélenchon.

"On est dans un scénario où ce qu'il faut avoir pour le deuxième tour, c'est entre 20 et 24 pour cent des voix et oui, M. Mélenchon est en mesure d'obtenir ces 20-24 pour cent", a indiqué M. Mérand. Emmanuel Macron gagne un point à 65% des intentions de vote.

"Nous ne pourrons gagner cette guerre, si nous ne mettons pas fin immédiatement au laxisme pénal inouï qui a permis" selon elle à l'assaillant, visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers, "de réussir sa quatrième tentative d'assassinat contre les policiers", a dit Mme Le Pen. La question que beaucoup semblent se poser aujourd'hui, c'est si les sondages influencent réellement les votes des électeurs. Mais là non plus, pas de débat possible dans ce format inédit, objet de nombreuses tractations entre la chaîne publique et les équipes de campagne.

Au second tour, Marine Le Pen s'inclinerait, peu importe son adversaire.

Vendredi, dernier jour de campagne, Emmanuel Macron organise deux meetings à Rouen et Arras, avec peut être une troisième étape. C'est en effet à partir vendredi que les médias et les instituts de sondage n'auront plus le droit de publier de sondages.

La question est donc légitime. Les électeurs se laissent-ils donc influencés à ce point? Il suffit de regarder les résultats du sondage Présitrack.

Le candidat de la droite et du centre, François Fillon, gagnerait avec 58%, contre 42% pour sa concurrente frontiste. Les pronostics des Français seront-ils faussés par le très petit écart qui distingue les quatre têtes de course?

Sans faire injure à ces deux derniers " petits candidats " promis à des scores étiques malgré la sympathie qu'ils inspirent, seules les trois premières catégories sont représentées dans le lot des favoris, respectivement par Macron et Fillon pour les libéraux, par Mélenchon pour la gauche de progrès, et par Le Pen pour les souverainistes.

Recommande: