Philippe Poutou remplit la Salle Mermoz — Toulouse

21 Avril, 2017, 17:02 | Auteur: Remi Laffitte
  • François Fillon ne va pas

Sans surprise, les internautes ont vivement critiqué le syndicaliste d'extrême-gauche, connu pour son hostilité envers la police.

Etrange soirée jeudi à Paris.

Le candidat du NPA, Philippe Poutou, a réaffirmé vendredi son opposition catégorique au port d'arme pour les policiers après l'attaque terroriste perpétrée la veille sur les Champs-Elysées, à Paris, qui a coûté la vie à un policier.

Sur Twitter, un syndicat a réagi, sans nommer Philippe Poutou.

Même s'il s'est dit "attristé" en fin d'émission, le candidat anticapitaliste s'est sans doute mis à dos une large part de l'électorat. Lancé dans une diatribe contre la police, ses "agressions", "la répression policière" qui tue "10 à 15 jeunes sous (ses) coups chaque année", le candidat à la présidentielle avait tancé "une police qui fait chier les gens dans les quartiers" et effectue des contrôles au faciès. Le candidat de Debout la France est crédité de 1,5 % des intentions de vote dans le sondage Harris.

Une prise de position inappropriée au regard des événements mais qui pouvait s'expliquer par un manque d'informations et l'hypothèse d'un vol à main armée qui a mal tourné.

"La police au contact de la population n'a pas besoin d'être armée!", a persisté le candidat trotskiste. (...) On veut désarmer les policiers car ils agressent dans les manifs, les jeunes et les quartiers populaires. #15minutesPourConvaincre c'est 15 minutes de trop! "Il ne faut pas tout confondre il y a eu un attentat hier, mais nous sur la question du terrorisme, on voudrait aussi que l'on discute des interventions militaires Françaises catastrophiques", a-t-il martelé. Selon le témoignage du chercheur Julien Salingue, l'ouvrier bordelais a été pris à partie par les policiers à sa sortie des studios.

Recommande: