Présidentielle: à J-4 du premier tour

21 Avril, 2017, 02:19 | Auteur: Gregory Millet
  • A gauche le candidat à la présidentielle d'En Marche! Emmanuel Macron à droite celle du Front nationale Marine Le Pen

C'est aussi le cas de 75% (+8) des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de 74% (+7) de ceux d'Emmanuel Macron, mais de seulement 58% (-8) des électeurs de Benoît Hamon. Loin, très loin, donc, devant Marine Le Pen et ses 35%.

Tout les candidats ont lancé leur sprint final: Macron et Le Pen, à Paris, Fillon avec Alain Juppé pour affirmer le soutien des siens, Hamon à Toulouse, et Mélenchon avec son hologramme dans six villes dont Montpellier. Les électeurs de François Fillon sont sûrs de leur choix à 85% (+ 6 en deux semaines), 84% (+4) chez Marine Le Pen, 79% parmi les électeurs d'Emmanuel Macron (+15) et 73% chez les sympathisants de Jean-Luc Mélenchon (+ 12). La question du vote utile et l'agitation de la menace qu'induirait la présence de certains candidats au second tour ont-elles un impact sur le vote des Français?

La dynamique continue enregistrée par Jean-Luc Mélenchon depuis un mois connaît un coup d'arrêt. Bien qu'à interpréter avec prudence puisqu'elle n'est que d'un point, cette baisse des intentions de vote en faveur de François Fillon peut s'expliquer par deux facteurs. Notamment en ce qui concerne Marine Le Pen, le but ultime de tous les candidats étant de bloquer son passage au second tour.

En effet, si Emmanuel Macron est toujours en tête des intentions de vote avec 24%, lui qui était dans une position de statu quo la semaine dernière, a repris un point.

Quant aux électeurs du Front national, un sondage Ifop publié le 16 avril par le JDD nous indiquait que 45% le font parce qu'ils adhèrent à son programme et que 30% à ses "valeurs".

Le socialiste Benoît Hamon est crédité de 8% des intentions de vote (-2).

Les intentions de vote au 2nd tour selon ce sondage BVA. Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan est crédité de 4% des voix (+0,5), le trotskiste Philippe Poutou de 1,5% (-0,5), comme le centriste Jean Lassalle, stable. D'ailleurs, alors que ce dernier est de moins en moins choisi pour ses propositions politiques, le candidat socialiste est à l'inverse le plus choisi pour cette raison par ses électeurs potentiels (62%, contre 51% pour l'ensemble des candidats), à égalité avec Marine Le Pen.

Qu'on en juge et, surtout, qu'on en prenne conscience, c'est-à-dire que notre conscience se réveille enfin face à ce vote qui annonce, si l'on y prend garde, une société remplie de violence, d'affrontements, de haine, d'incapacité à se rappeler d'où elle vient et à imaginer où elle va ainsi que ce qu'elle a, le tout avec des personnages qui flattent les bas instincts d'une populace avide de s'en prendre à l'autre et, dans une orgie populiste et démagogique, annoncent avec délectation, la grande jacquerie de la foule contre le peuple.

Recommande: