Présidentielle: la campagne s'achève sous la menace terroriste

21 Avril, 2017, 19:01 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Un militaire monte la garde le 20 avril 2017 près de l'Arc de triomphe à Paris après la fusillade sur les Champs Elysées

A l'issue du Conseil, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a prononcé un discours en déclarant que "rien ne doit entraver" le premier tour de la présidentielle prévu ce dimanche.

Au terme d'un conseil de défense exceptionnel à l'Elysée, le chef du gouvernement en a appelé à "l'unité" du pays, qui ne doit selon lui céder ni à l'obscurantisme, ni à l'intolérance.

"Il nous appartient de ne pas céder à la peur, à l'intimidation, à la manipulation qui feraient le jeu des ennemis de la République", a-t-il insisté.

"À la veille d'un rendez-vous majeur, j'en appelle bien entendu à l'esprit de responsabilité et à la dignité de chacun ", a poursuivi Bernard Cazeneuve à l'adresse des candidats à la présidentielle.

Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, a indiqué vendredi au micro de la radio Europe 1 qu'un avis de recherche concernant un homme signalé par les autorités belges avait été transmis aux services français sans confirmer un lien possible avec l'attaque de policiers survenu jeudi soir sur les Champs-Elysées.

"Je veux, comme l'a fait le président Hollande, rendre un hommage solennel au dévouement et au professionnalisme des policiers, gendarmes, militaires qui chaque jour exposent leur vie sur le territoire national comme à l'étranger ", a martelé Bernard Cazeneuve. Deux autres agents ont été blessés au cours de la fusillade, dont l'un grièvement, touché au bassin.

Recommande: