Premières solution d'hébergement pour les sinistrés — Grande-Synthe

21 Avril, 2017, 01:58 | Auteur: Gregory Millet
  • Des incidents ont éclaté lundi soir dans le camp de la Linière à Grande Synthe

"L'opération de mise à l'abri des migrants à la suite de l'incendie du camp de la Linière s'est achevée ce samedi 15 avril à 17h00". Cette rixe avait nécessité l'intervention de CRS en fin de journée, à l'aide de grenades lacrymogènes et d'une grenade de désencerclement, indique Le Parisien. L'enquête sur les mises à feu volontaires du camp, confiée par le parquet de Dunkerque au commissariat de la ville, bute pour le moment sur les nombreuses "incertitudes autour des identités et des localisations des témoins", selon le procureur Sébastien Piève.

Si aucun bilan complet n'est, pour l'heure, disponible - l'incendie n'était pas encore éteint vers 2h00 du matin ce mardi - le Centre opérationnel d'incendie et de secours (Codis) du Nord a d'ores et déjà comptabilisé une dizaine de blessés. "Alors qu'ils étaient entassés dans des cuisines collectives, les Kurdes étaient logés dans des chalets". "Pas de reconstruction " Pour le préfet, la priorité des autorités est de "mettre à l'abri les migrants qui errent sur les grands axes routiers de cette région en direction de Calais ou Paris " et de "consolider un accueil d'urgence ".

Selon d'autres témoignages, la discorde serait venue de l'augmentation du nombre d'Afghans, arrivés après le démantèlement de la "Jungle" de Calais, à 40 kilomètres de là. "Mais il est impossible de parcourir tout le camp et donc de se faire une idée vraiment précise de l'étendue des dégâts", a expliqué Olivier Caremelle.

Au camp de la Linière, un important dispositif policier est encore en place et une soixantaine de pompiers éteignent les derniers foyers.

Le maire écologiste de Grande-Synthe, Damien Carême, qui avait fait bâtir le camp en dur malgré l'opposition de l'Etat, a renvoyé dos-à-dos tous les prétendants à l'Elysée: "chaque candidat, qu'il le veuille ou non, doit intégrer le problème de la prise en charge de la migration en France", a-t-il dit mardi. Le sinistre de lundi n'est "pas lié" à des failles de sécurité, a néanmoins insisté le directeur de cabinet du maire. Quand il était au camp, il n'a pas pu partir en CAO faute de place, et se réjouit de voir la situation se débloquer. Cet incendie est "l'exemple que le gouvernement n'a pas su prendre en compte les événements qui se sont passés à Calais", a insisté Natacha Bouchart, dans une allusion aux nombreux incidents qui avaient émaillé le quotidien de la "Jungle" calaisienne.

Recommande: