Turquie. Erdogan parle d'un référendum sur l'adhésion à l'UE

21 Avril, 2017, 19:58 | Auteur: Stephane Girardot
  • Les partisans du

Le principal parti de l'opposition turque, le Parti républicain du peuple (CHP, laïque), a annoncé vendredi qu'il comptait déposer un recours contre la décision de la commission électorale (YSK) de comptabiliser, lors du dépouillement du référendum de dimanche dernier, les bulletins qui n'avaient pas été tamponnés par des scrutateurs.

Le scrutin a validé de justesse la réforme constitutionnelle voulue par le président Recep Tayyip Erdogan, qui fait passer la Turquie d'un régime parlementaire à un régime présidentiel.

L'Union européenne avait plus tôt appelé la Turquie à "ouvrir une enquête transparente" à la suite d'un rapport d'une mission commune d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et du Conseil de l'Europe estimant que le référendum de dimanche remporté de peu par M. Erdogan s'était déroulé dans des conditions inéquitables et ne répondait pas aux critères démocratiques.

"Nous ne voyons et nous ne tenons pas compte de tout rapport que vous pourriez préparer", a-t-il ajouté.

"La commission a ignoré le fait que des représentants de tous les partis présents au Parlement font actuellement partie du Haut-Conseil électoral", affirme le ministère, selon lequel les conclusions préliminaires de l'OSCE et de l'APCE contiennent des "informations incomplètes" et "trompeuses".

Il avait lancé la veille l'idée d'un référendum sur le rétablissement de la peine de mort.

"Une telle déclaration spéculative de la part d'un porte-parole ne peut être acceptée", a déclaré au cours d'une conférence de presse le ministre turc des Affaires européennes, Omer Celik.

'La Turquie a pris une décision historique au sujet de son système de gouvernance', a déclaré dans la soirée M. Erdogan lors d'un discours à Istanbul.

"L'Union européenne menace de geler les négociations".

Le CHP a cependant contesté ce résultat. "Qu'ils nous communiquent leur décision!", a ajouté M. Erdogan.

Avec sa victoire, M. Erdogan, qui a échappé à une tentative de putsch le 15 juillet, pourrait en théorie rester à la tête de l'Etat jusqu'en 2029.

Recommande: