Un mot manuscrit défendant "Daech" retrouvé près de l'assaillant — Attentat

21 Avril, 2017, 19:49 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Attentat de Paris réunion du Conseil de défense à l'Elysée

L'animateur de C8 était dans un restaurant non loin de l'Avenue des Champs-Elysées à Paris quand la fusillade a eu lieu. Il précise également qu'un hommage national sera rendu au policier abattu.

Outre le chef de l'État et le premier ministre, y participaient les ministres de l'intérieur, de la justice, de la défense et des affaires étrangères, ainsi que les patrons des services de sécurité, de renseignement et de l'armée, soit une quinzaine de personnes. Les agents patrouillaient "en mission de sécurisation des Champs-Elysées", dit-on de source policière. Pendant sa garde à vue, il avait de nouveau blessé un policier après lui avoir volé son arme.

- 26 juil 2016: Le père Jacques Hamel, prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray, dans l'ouest de la France, est égorgé dans son église par deux Djihadistes, Abdel Malik Petitjean et Adel Kermiche, qui sont abattus par la police. "Il a ouvert le feu sur le car de police à l'arme automatique, a tué l'un des policiers et a essayé de s'en prendre aux autres en courant", a rapporté une source policière.

Cette prestigieuse artère très prisée des touristes, en plein coeur de Paris, a été bouclée et d'importantes forces de police ont été déployées dans le quartier.

La Brigade de recherche et d'intervention a été appelée en renfort, un hélicoptère survole actuellement la zone. "C'est au fond la démocratie qui est visée, notre cohésion qu'ils veulent ébranler, nos valeurs auxquelles ils veulent porter un coup décisif", a-t-il ajouté.

Que sait-on de l'assaillant?

L'attentat a été revendiqué dans un communiqué par l'organisation jihadiste Etat Islamique (EI).

Or, selon des sources proches de l'enquête, l'assaillant est un Français de 39 ans, Karim Cheurfi, qui faisait l'objet d'une enquête antiterroriste.

Cela pose donc la question de savoir s'il s'agit du même homme que celui nommé par le groupe ÉI. "L'identité de l'attaquant est connue et a été vérifiée", a confirmé le procureur de la République, tout en refusant de divulguer son identité afin de ne pas perturber l'enquête.

Les autorités françaises enquêtaient sur un homme signalé par la Belgique après l'attaque de jeudi soir commise contre un fourgon de police.

"Le suspect a été rapidement identifié, grâce notamment à la carte grise du véhicule ayant servi à l'attaque". Trois membres de l'entourage de l'assaillant ont été placés en garde à vue, a indiqué vendredi une source judiciaire à l'AFP.

L'auteur présumé avait déja été condamné en février 2005 à quinze ans de réclusion pour trois tentatives d'homicide volontaire, dont deux visant des policiers.

Condamné à 15 ans de prison par la course d'assises du Val-de-Marne, il sera remis en liberté conditionnelle au début des années 2010.

Quelles conséquences pour la campagne?

La cheffe de l'extrême droite Marine Le Pen, donnée depuis des mois qualifiée au premier tour, et le conservateur François Fillon ont annoncé dès jeudi soir qu'ils annulaient leurs déplacements, suivis dans la nuit par le centriste Emmanuel Macron. Il s'exprimera "devant les Français " vendredi midi. Le candidat socialiste Benoît Hamon, a pour sa part dénoncé une "sordide surenchère politique". "Ce serait une grave erreur de tomber dans la peur et de mettre entre parenthèses le débat démocratique", a-t-il déclaré à l'AFP.

François Hollande, "convaincu" que la piste est "d'ordre terroriste" explique, quelques heures après l'attaque, que le pays sera "d'une vigilance absolue" pour sécuriser l'élection présidentielle.

Recommande: