Aucun homme politique n'est traité "plus injustement" que moi — Trump

18 Mai, 2017, 15:03 | Auteur: Stephane Girardot
  • Une image du président américain Donald Trump sur un écran de télévision à la Maison Blanche à Washington le 15 mai 2017           SAUL LOEB- AFP

La commission du Renseignement du Sénat américain a pressé mercredi l'ex-directeur du FBI James Comey de venir témoigner lors d'une audition publique, alors que les circonstances de son limogeage par Donald Trump sont controversées.

Dans un consensus rare, à l'inverse, élus républicains et démocrates ont applaudi la nomination de M. Mueller.

C'est un magistrat équipé de pouvoirs similaires, Kenneth Starr, qui avait failli faire tomber le président Bill Clinton dans l'affaire Whitewater, devenue affaire Monica Lewinsky, dans les années 1990.

Par exemple, la ministre de la Justice Janet Reno avait chargé en 1999 le sénateur John Danforth de diriger l'enquête sur le rôle du FBI dans l'assaut mené en 1993 contre la secte des davidiens à Waco au Texas.

Une poignée de parlementaires de la majorité demandent désormais, avec des démocrates, la création d'une commission d'enquête indépendante, dont le mandat serait plus large que l'enquête policière menée par le FBI ou un éventuel procureur spécial. C'est d'ailleurs le cas avec Robert Mueller, actuellement membre d'un cabinet juridique privé qu'il va quitter. "Ce n'est que révélation après révélation, allégation après allégation de faute grave".

L'un des procureurs spéciaux les plus connus reste Archibald Cox, qui enquêtait sur l'espionnage du parti démocrate dans l'immeuble du Watergate à Washington. L'affaire coûta finalement son poste au président Nixon.

Ils réclamaient unanimement la nomination d'un procureur spécial depuis le limogeage soudain du directeur du FBI James Comey, le 9 mai, soupçonnant une tentative d'entrave à la justice.

Mardi 16 mai, des révélations de la presse américaine ont ébranlé la Maison Blanche, affirmant que le président américain avait demandé en février à James Comey de classer l'enquête sur Michael Flynn, son éphémère conseiller à la sécurité nationale accusé de contacts suspects avec la Russie. Il aurait également condamné les fuites dans les médias concernant l'enquête sur d'éventuelles interférences de la Russie dans les élections américaines et aurait suggéré à Comey de réfléchir à faire incarcérer les journalistes coupables de fuites des informations classifiées.

On ignorait si M. Comey avait accepté cette invitation à témoigner.

Jeudi matin, les Bourses de Tokyo, Shanghai et Hong Kong ont ouvert en nette baisse, plombées par la chute du dollar découlant des déconvenues politiques du président Trump.

A cela s'ajoute une affaire distincte, qui reflète selon les détracteurs du président son incapacité à exercer la fonction suprême.

Donald Trump a aussitôt réagi à cette annonce, exprimant mercredi soir son souhait que l'enquête sur la possible ingérence de Moscou dans la campagne présidentielle soit "rapidement" bouclée.

Pour le chef d'Etat, le calendrier est particulièrement inopportun, car il doit s'envoler vendredi pour une tournée internationale de huit jours.

Recommande: