Hulot au gouvernement: "Un ministre ne pose pas de conditions" assure Castaner

18 Mai, 2017, 23:10 | Auteur: Remi Laffitte
  • Le nouveau Premier ministre Edouard Philippe lors de la passation de pouvoir avec Bernard Cazeneuve le 15 mai 2017 à l'Hôtel Matignon à Paris

PARIS | Le président centriste Emmanuel Macron et son premier ministre issu de la droite modérée, Edouard Philippe, doivent composer et dévoiler mardi le premier gouvernement de ce nouveau quinquennat, avec pour objectifs le rassemblement droite-gauche et le renouvellement.

Ce gouvernement se devra d'incarner le "renouveau politique" prôné par Emmanuel Macron. Gérard Collomb, 69 ans, seul poids-lourd socialiste à avoir soutenu dès le début Emmanuel Macron, devient ministre de l'Intérieur, tandis que le député PS, Richard Ferrand, pilier de la campagne du jeune mouvement En Marche!, prend la charge d'un nouveau ministère dédié à "la cohésion des territoires".

Dans la perspective des législatives des 11 et 18 juin qui doivent déterminer la majorité avec laquelle M. Macron pourra diriger le pays, la nomination de M. Philippe et l'attraction que suscite le nouveau président chez Les Républicains n'est pas une bonne nouvelle pour les dirigeants du parti qui cherche à sortir la tête de l'eau après une présidentielle catastrophique.

Et malgré leur éloignement géographique, le Premier ministre est prêt à tour pour sa femme, comme le rapporte Gaël Tchakaloff dans son livre Lapins et Merveilles.

Pourquoi? Pour "vérifier la situation fiscale" des ministres nommés.

Sans surprise, les journaux de gauche déplorent que le gouvernement soit très à droite. Sur France Inter ce jeudi, c'est le Premier ministre en personne qui est venu défendre la composition de son gouvernement. Mais les informations la concernant sont rares, tant celle-ci se fait rare dans les médias.

"Un ministre ne pose pas de conditions, ni au Premier ministre ni au président de la République", a toutefois répondu M. Castaner lors de son compte-rendu du premier Conseil des ministres.

La plupart saluent aussi l'intégration de Nicolas Hulot.

Le gouvernement d'Edouard Philippe devrait normalement respecter un équilibre entre femmes et hommes, entre personnalités politiques et représentants de la société civile et entre les différents courants de ce gouvernement.

Au deuxième rang, de gauche à droite: Bruno Le Maire (ministre de l'Économie), Agnès Buzyn (ministre des Solidarités et de la Santé), Laura Flessel (ministre des Sports), Françoise Nyssen (ministre de la Culture), Muriel Pénicaud (ministre du Travail).

"Je suis parfaitement conscient que si on veut rétablir le lien de confiance qui s'est distendue entre les Français et les hommes politiques (.) il faut qu'on fasse mieux" en termes de transparence, a déclaré le Premier ministre. En attendant, Edouard Philippe continue ses consultations à Matignon.

Recommande: