"Macron a voulu anticiper pour éviter les mauvaises surprises" — Gouvernement

18 Mai, 2017, 16:35 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Richard Ferrand secrétaire général du mouvement En Marche. 1/2

À lire aussi: Qui est-ce?

Une trentaine d'élus de droite et du centre, notamment des proches de l'ancien Premier ministre Alain Juppé, comme M. Philippe, ont jugé lundi que leurs familles politiques devaient "répondre à la main tendue" par le nouveau président. Mais surtout parce qu'il a fait ses armes au Parti Socialiste.

Le nouveau gouvernement ne sera connu que mercredi, à 15h. La semaine dernière, la République en marche avait fait savoir qu'elle n'accordait pas l'investiture à Manuel Valls, mais qu'elle ne lui opposerait pas de candidat.

"Ce que j'avais cru comprendre à cette élection, c'est qu'Emmanuel Macron voulait réunir les progressistes".

Le programme d'Emmanuel Macron est riche en mesures salutaires pour la France (simplification massive du code du travail, lutte contre les rentes, baisse de l'impôt sur les sociétés ou du nombre de fonctionnaires, etc.).

Pour le chef de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, le président Emmanuel Macron vient, à travers la nomination de M. Philippe, de prendre le commandement de toute la classe politique traditionnelle. Il a d'ailleurs souligné la "très belle journée" à propos de la passation de pouvoir qui a eu lieu dimanche. "La nomination d'un homme de droite à Matignon n'est pas franchement une surprise", indique de son côté Richard Ferrand. "Le Premier ministre a vocation à s'engager pour conquérir une majorité à l'Assemblée" a-t-il affirmé. Des qualités qui se sont donc en parties développées dans notre région. Le réalisateur Laurent Cibien "aime" Edouard Philippe, son vieux pote de lycée, et cela se ressent.

Après Brigitte et Emmanuel Macron, place à Edith Chabre et Edouard Philippe. "Il va défendre nos adversaires". Édouard Philippe est passé par " Sciences Po " et l'ENA. C'est le cas du maire de Lyon, Gérard Collomb, pour qui Edouard Philippe est "un Premier ministre de rassemblement qui saura unir les Français autour d'un projet progressiste, audacieux et fédérateur". Les rumeurs circulent et vont bon train sur la future équipe chargée de diriger le pays.

Ils se sont empressés de féliciter la nomination de leur ami à Matignon: des Juppéistes - Benoist Apparu, Fabienne Keller, Gilles Boyer - d'anciens candidats à la primaire - Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusco-Morizet. Les noms de Marielle de Sarnez, bras droit de François Bayrou, de l'ex-ministre chiraquienne Anne-Marie Idrac, ou de la députée européenne MoDem Sylvie Goulard circulent aussi.

A gauche, Jean-Yves Le Drian pourrait conserver son poste à la Défense, tout comme Audrey Azoulay à la Culture.

La capacité d'Emmanuel Macron à rassembler au-delà du clivage traditionnel droite-gauche aura valeur de test à moins d'un mois du premier tour des élections législatives.

Recommande: