" "Manuel Valls " candidat de la majorité présidentielle " — Elections législatives

18 Mai, 2017, 18:07 | Auteur: Remi Laffitte
  • L'euro grimpe face au dollar et au yen après la victoire de Macron

Cela fait des semaines qu'il préparait le terrain.

D'autant qu'il n'est pas seul sur le coup, comme l'a expliqué Jean-Paul Delevoye sur la chaîne BFMTV: "Nous avons déjà une candidate dans la circonscription de Manuel Valls ", précisant que le cas de Manuel Vals serait "analysé " si son inscription dans les délais impartis était "validée ". La République, la laïcité, l'égalité entre les femmes et les hommes... Parlons franchement, nous nous retrouvons dans la plupart des propositions du projet qu'Emmanuel Macron porte, oui ou non?

La République en marche doit annoncer jeudi la liste des candidats retenus.

Pour Manuel Valls, l'important est dorénavant de donner "une majorité large et cohérente à Emmanuel Macron pour qu'il puisse gouverner ".

"Il ne s'agit pas d'avoir des états d'âme, il s'agit d'avoir une vision claire, a-t-il encore ajouté". Si cette annonce a été accueillie plus que fraichement, elle illustre bien le changement de ton et de comportement de Manuel Valls à l'encontre d'Emmanuel Macron.

Depuis la victoire de l'ex-ministre de l'Economie à l'élection présidentielle dimanche, les tractations se multiplient en vue des élections législatives au cours desquelles la droite espère prendre sa revanche et la gauche éviter une nouvelle débâcle.

"Je ne crois pas qu'il y ait de la dureté", a-t-il répondu aux journalistes qui estimaient qu'il y avait un côté "humiliant", "méprisant" à traiter un ancien Premier ministre "comme n'importe quel député".

Manuel Valls tente depuis le premier tour des élections présidentielles de rejoindre Emmanuel Macron, mais visiblement ce denier, désormais président de la République ne souhaite pas saisir la main tendue. Il avait annoncé, avant même le premier tour de la présidentielle, voter pour Macron, et pas pour le candidat socialiste de son parti, Benoît Hamon. Je ne crois pas (qu'il l'ait fait). Il lui reste 24 heures.

Il n'était jamais allé aussi loin.

L'ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls a frappé fort, ce mardi matin, au micro de RTL.

Autre porte-parole de M. Macron pendant la campagne, le député Christophe Castaner (en congé du parti socialiste) a estimé que M. Valls "a (vait) des chances". Notamment en ne réclamant plus, comme indiqué auparavant, des prétendants à la députation de quitter leur parti d'origine pour être investis. "Le Parti socialiste va exclure un ancien Premier ministre?". "Ça n'est pas en quelques jours que l'on va traiter son bilan, son histoire, et voir la forme qu'il prendra demain", a-t-il balayé, sans dire s'il chercherait à en prendre la tête dès le prochain Congrès.

Recommande: