Poutine prêt à révéler la teneur de la conversation Trump-Lavrov

18 Mai, 2017, 15:36 | Auteur: Edgar Lajoie

"Ce n'est pas un récit fidèle (.) de la conversation entre le président et Monsieur Comey", a indiqué un responsable de l'administration sous couvert d'anonymat.

"Il n'est pas évident de dire à un pays qui est un allié très proche, avec lequel les liens sont quotidiens et extrêmement étroits notamment en matière d'antiterrorisme: +Votre président n'est pas de toute confiance+", affirme Yves Trotignon. De tels agissements dépassent de loin une simple infraction ou une incitation à commettre de réels dommages à la sécurité nationale américaine, soit la définition-même des "crimes et délits graves" envisagés par les auteurs des clauses d'impeachment de la Constitution.

En janvier déjà, avant l'investiture de M. Trump, le Yedioth avait rapporté que des membres du renseignement américain avaient conseillé à leurs collègues israéliens de se montrer prudents dans la transmission d'informations à la future administration américaine. "Vous n'avez pas besoin d'avoir commis un délit pour être destitué, vous pouvez être destitué pour abus de pouvoir ou pour avoir outrepassé la confiance de l'opinion", explique Mme Rodriguez. Donald Trump continue à être au-devant de la scène. Le scénario de l'empeachment Voilà donc de quoi ajouter de l'eau au moulin de ceux, de plus en plus nombreux, qui plaident pour une future destitution, procédure baptisée " empeachment " du président Trump.

L'information provient d'un mémo rédigé par Comey après sa conversation avec le président américain.

Le Congrès va-t-il destituer Trump? Puis, une poignée de sénateurs républicains (menés par le tandem McCain-Graham), tellement fâchés contre le comportement de leur président, pourraient bien se résigner à voter sa destitution.

REFUGIES. La Commission européenne a menacé de lancer des procédures d'infraction contre la Hongrie et la Pologne si elles refusent toujours d'ici juin d'accueillir des demandeurs d'asile depuis l'Italie et la Grèce, comme l'impose un plan européen adopté en 2015.

La colère agitait mardi l'opposition démocrate et grondait jusque dans les rangs des élus républicains. Selon le Washington Post, M. Trump a, lors d'une rencontre récente dans le Bureau ovale avec Sergueï Lavrov, évoqué des informations ultra sensibles concernant une opération du groupe Etat islamique en préparation.

Quel impact sur le renseignement? .

Donald Trump entretient des relations tendues avec les services de renseignement.

L'équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

D'autres craignent aussi que la Russie n'exploite ces informations pour retrouver la source elle-même et l'empêcher qu'elle soit utilisée contre ses propres intérêts en Syrie.

"Hormis la question de la légalité, il y a une tradition de longue date (au sein du renseignement) selon laquelle personne ne doit compromettre d'aucune manière ses sources", rappelle Mark J. Rozell, doyen de la Schar School of Policy and Government à l'université George Mason.

Recommande: