Trump assure avoir "le droit" de partager des informations avec la Russie

18 Mai, 2017, 16:32 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Une image du président américain Donald Trump sur un écran de télévision à la Maison Blanche à Washington le 15 mai 2017           SAUL LOEB- AFP

"J'espère que vous pourrez juger bon de laisser passer cela, de laisser Flynn". C'est un bon gars.

Cette rencontre aura lieu après une rencontre de M. Trump avec les dirigeants israéliens à Jérusalem, et visera à convier le désir de son gouvernement de faciliter un accord susceptible de mettre fin au conflit israélo-palestinien, a déclaré au cours d'une conférence de presse à la Maison Blanche H.R. McMaster, le conseiller à la sécurité nationale de M. Trump. Dernière en date: le président américain aurait suggéré à son ancien directeur du FBI, limogé par ledit président la semaine dernière, qu'il abandonne l'enquête contre l'ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, soupçonné de liens avec la Russie. "L'histoire nous regarde"C'est un test sans précédent pour le pays".

Les informations partagées par le président américain concernaient le groupe Etat islamique et avaient été communiquées par un partenaire des Etats-Unis qui n'avait pas donné l'autorisation à Washington de les partager avec Moscou, précise le quotidien. Trump, Lavrov et Kisliak soit donnée aux commissions du Renseignement du Congrès.

Le président aurait fait cette demande dans le bureau ovale auprès de Comey au mois de février.

Michael Flynn a été forcé de démissionner le 13 février pour avoir omis de révéler des contacts répétés avec l'ambassadeur russe aux Etats-Unis l'an dernier, dont certains auraient porté sur des sanctions américaines contre Moscou.

Le journal américain 'The Washington Post' a publié une information assez embarrassante concernant le président Donald Trump qui a rencontré le ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov et l'ambassadeur russe aux USA, Sergueï Kislyak.

Il a expliqué l'avoir fait "pour des raisons humanitaires" et vouloir "en plus que la Russie renforce nettement sa lutte contre l'EI (groupe Etat islamique, ndlr) et le terrorisme".

Après un hiver compliqué où plusieurs de ses réformes ont échoué et de nombreuses polémiques, Donald Trump aborde l'avenir en se disant prêt à "remporter chacune des grandes batailles à venir". Le sénateur républicain John McCain, ennemi déclaré de la Russie de Vladimir Poutine, a jugé que ces informations "envoient un message inquiétant aux alliés de l'Amérique (.) et pourraient les dissuader de partager des renseignements avec nous à l'avenir".

Donald Trump effectuera à partir de vendredi son premier voyage officiel à l'étranger depuis son investiture.

Pour Leon Panetta, ancien directeur de la CIA, cette nouvelle affaire "entame la crédibilité de la présidence" américaine.

Recommande: