En Marche! dévoile l'identité des candidats investis — France/ Législatives

19 Mai, 2017, 19:51 | Auteur: Remi Laffitte
  • Les présidents sortant et élu François Hollande et Emmanuel Macron le 8 mai 2017 place de l'Étoile

"A défaut d'investir l'ancien Premier ministre - ce qui aurait obligé LREM à bafouer plusieurs de ses critères de sélection -, les macronistes ne présenteront pas de candidat dans la 1re circonscription de l'Essonne, a indiqué Richard Ferrand ce jeudi". Clairement, son mouvement a cherché à épargner les figures de la gauche hollandaise prêtes à faire preuve d'ouverture vis-à-vis de la politique qu'il entend mettre en oeuvre.

Il a précisé que le nouveau parti, "La République en marche", tiendrait son congrès fondateur avant le 15 juillet.

Manuel Valls, 54 ans, avait suscité agacement et embarras au sein du mouvement présidentiel en se rangeant d'autorité mardi sous la bannière du président élu, en vue des élections législatives des 11 et 18 juin. Si l'ancien Premier ministre n'a pas été investi par la République en marche, il a en revanche été épargné. Sur la Probité tous les candidats se sont engagés à n'avoir à ce jour de casier judiciaire et à n'avoir jamais été déclaré inéligible.

Selon une enquête Harris interractive-M6 publiée dimanche, l'alliance En Marche!-MoDem recueillerait 26% des intentions de vote, devant la coalition Républicains-UDI (22%), le Front national (22%) et la France insoumise (13%).

En plus d'être souvent des néophytes en politique, les candidats LREM sont jeunes: 46 ans en moyenne, quand l'âge moyen des députés sortants est de 60 ans. "Quant à l'annonce de la candidature de manuel Valls au nom de la nouvelle majorité, Richard Ferrand n'y voit " pas d'inconvénient " mais " il faut qu'il matérialise sa candidature " car " rien n'est automatique ": " Il faut examiner ses motivations, les termes de sa candidature (...) faire ce que l'on fait pour tout le monde ".

"Ils pourront garder leur attachement (à un parti politique) s'ils le souhaitent".

En avril, 14 candidats avaient été dévoilés dont Mireille Robert dans la 3e circonscription de l'Aude et qui par ailleurs apparaissait en 4e position sur la liste du mouvement Citoyens du Midi de Philippe Saurel aux dernières régionales.

S'ils sont élus, ils devront ainsi siéger dans le groupe parlementaire La République en marche à l'exception de tout autre. La manière dont il est traité dit beaucoup de l'esprit sectaire de ce mouvement [En marche!] qui se veut très moderne et qui, en trois jours, appartient déjà au passé dans ses méthodes. "On ne va pas organiser l'état de fronde permanent". "À ce stade, nous n'investissons pas l'intéressé mais nous ne lui opposons pas de candidat", a-t-il précisé, en refusant toutefois de " faire de ce cas une règle ". Un contingent devait être lancé avant le premier tour de la présidentielle, puis un fort bataillon entre les deux tours.

A droite, des manoeuvres d'approche sont perceptibles. Rappelons qu'en pleine campagne présidentielle, l'ex-Premier ministre socialiste a annoncé qu'il voterait pour Emmanuel Macron, tournant ainsi le dos à son propre camp.

"C'est le renouvellement qui a gagné", a-t-il dit à BFM TV. " Certains à droite ont besoin de signal", glisse ainsi un proche d'Emmanuel Macron. "Nous étudions les dossiers des élus socialistes qui ont accordé leur parrainage à un autre candidat que Benoît Hamon pour l'élection présidentielle", assure Laurent Azoulay, président de la Commission nationale des conflits.

Recommande: