Le dernier missile tiré était un nouveau modèle — Corée du Nord

19 Mai, 2017, 07:41 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Un homme passe devant un écran de télévision montrant un tir de missile nord Coréen le 22 mars 2017 à Séoul

"Nous n'avons rien vu venir de leur part au cours de la semaine écoulée mais nous les encourageons à avancer".

Selon des experts, le régime communiste augmente petit à petit la portée de ses fusées, progressant inexorablement vers son objectif de se doter de missiles intercontinentaux. Le tir visait à vérifier la capacité du missile à porter 'une ogive nucléaire de grande ampleur'. Il aurait ainsi atteint une altitude de 2.111 kilomètres. Le missile a parcouru 787 kilomètres en 30 minutes, avant d'aller se noyer dans la mer du Japon, à moins de 100 kilomètres de la Russie.

Washington et Séoul ont rapidement dénoncé ce tir. Les USA et leurs alliés de la région à savoir la Corée du Sud et le Japon ont violemment critiqué ce nouvel essai.

"Effectuer un tir de missile n'est pas une manière de s'asseoir avec le président" Trump, a rétorqué l'ambassadrice Haley.

La Corée du Nord s'est félicitée lundi du tir d'un nouveau type de missile qui semble avoir une portée sans précédent. C'était proche de la Russie. "La menace est réelle". Cela changerait fondamentalement le niveau de menace représenté par le Nord.

Sa provocation a été mise en scène juste avant que le Président des Etats-Unis n'entame son premier voyage à l'étranger depuis qu'il a pris ses fonctions.

"Il s'agit d'un problème grave pour la stabilité et la sécurité. Dans les circonstances actuelles, il serait très dur" de dialoguer avec le Nord, poursuit-il.

La situation reste instable et imprévisible. Une provocation majeure par le Nord, comme l'essai d'un engin nucléaire, pourrait également déclencher un conflit ouvert. L'Otan a condamné une "nouvelle violation d'une série de résolutions du Conseil de sécurité".

La Corée du Nord de plus en plus isolée?

SEOUL, 18 mai (Reuters) - Le futur nouveau président de l'autorité antitrust sud-coréenne a déclaré jeudi qu'il n'y avait pas d'urgence à démanteler les structures opaques et complexes qui constituent l'architecture des puissants conglomérats familiaux dominant la quatrième puissance économique asiatique. Les deux camps ont missionné des envoyés pour ouvrir la voie à un sommet et Moon envisage de rencontrer Trump à Washington dans les plus brefs délais.

Mais la quasi concomitance du tir et de l'arrivée au pouvoir de M. Moon est une coïncidence. China cant expect dialogue.

"Je suis conscient des intérêts de la Chine (concernant THAAD), et nous devrions travailler ensemble pour mieux nous comprendre", a déclaré Moon au président chinois Xi Jinping, le deuxième chef étranger avec lequel a parlé par téléphone.

Rassurée, la Chine espère un basculement stratégique.

. "Nous protestons fermement contre ce tir de la Corée du Nord", a-t-il insisté.

M. Kim a "étreint les responsables de la recherche balistique en leur disant qu'ils avaient travaillé dur pour réaliser de grandes choses", rapporte l'agence de presse officielle KCNA.

Les Forces américaines de Corée ont aussi créé récemment une nouvelle unité, le 524 Bataillon de renseignement militaire, visant à rassembler des informations humaines sur le Nord, supposément par des contacts, tels que des transfuges et d'autres personnalités politiques de haut niveau d'autres pays qui ont visité la Corée du Nord.

L'annonce de la CIA pourrait également expliquer les raisons de la visite de son directeur, Mike Pompeo, en Corée du Sud fin avril. "En violant ainsi une nouvelle fois ses obligations internationales, la Corée du Nord confirme qu'elle demeure une menace sérieuse pour la paix et la sécurité régionale et mondiale", a estimé le porte-parole du Quai d'Orsay dans un communiqué.

Recommande: