Le gouvernement de Philippe est-il resserré?

19 Mai, 2017, 20:49 | Auteur: Stephane Girardot
  • L'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve et son successeur Edouard Philippe à Matignon à Paris le 15 mai 2017

Emmanuel Macron, qui a fait de la moralisation de la vie politique une des priorités de son quinquennat, avait prévenu pendant la campagne présidentielle qu'il prendrait les mesures nécessaires pour s'assurer de l'intégrité de ses ministres.

Paritaire, il comprend 18 ministres et quatre secrétaires d'Etat.

"J'en suis le garant et, là-dessus, je serai intraitable", a souligné le président, "le long terme est à l'Elysée, les arbitrages quotidiens ou de moyen terme sont faits à Matignon".

Figure de la cause environnementale, Nicolas Hulot intègre pour la première fois un gouvernement à 62 ans, après avoir été sollicité par François Hollande en 2016, après Jacques Chirac.

Emmanuel Macron a livré jeudi lors du Conseil des ministres son discours de la méthode de l'action gouvernementale avec comme valeurs cardinales.

La confiance dans le nouveau chef du gouvernement est encore plus limitée, avec 36% de réponses positives et 43% des Français interrogés qui ne font pas confiance à Edouard Philippe pour affronter les problèmes de la France.

L'annonce a été décalée de 24 heures. Emmanuel Macron souhaitait ouvrir la politique à la société civile.

Autre confirmation, la nouvelle administration Macron va s'inspirer du "spoil system" américain pour renouveler en partie les directeurs des administrations centrales.

"Nouveau gouvernement mais pas gouvernement du renouveau". Le gouvernement dirigé par Édouard Philippe (LR) compte également quatre secrétaires d'État rattachés à Matignon: Christophe Castaner hérite des Relations avec le Parlement et devient porte-parole du gouvernement, Marlène Schiappa de l'Égalité entre hommes et femmes, Sophie Cluzel des handicapés et Mounir Mahjoubi du Numérique. "Alain Juppé a été plus bienveillant", a-t-il lâché.

M. Philippe a par ailleurs confirmé la nomination d'un médiateur dans le dossier de Notre-Dame-des-Landes et promis d'aller "beaucoup plus loin" dans le texte sur la moralisation de la vie publique attendu avant les législatives, précisant toutefois préférer "les règles claires plutôt que l'inquisition". Sur un autre sujet sensible pour le nouveau ministre de la Transition écologique, la question de la transition énergétique, le Premier ministre a assuré partager "totalement" le point de vue de Nicolas Hulot, selon lequel "il y a des perspectives extraordinaires en matière de développement des énergies renouvelables". Il devra "appliquer la feuille de route" fixée par le président. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recommande: