L'Elysée veut choisir les journalistes lors des déplacements d'Emmanuel Macron

19 Mai, 2017, 18:48 | Auteur: Stephane Girardot
  • 16			Mai 2017		
							Imprimer l'info			Taille du texte-16

Si on exclut le Premier ministre, l'exécutif se révèle paritaire, composé à 50% de femmes et à 50% d'hommes. Le premier gouvernement de l'ère Macron - hormis certains maroquins moins stratégiques - a essentiellement fait la part belle à l'expérience, reléguant à l'arrière-ban - provisoirement? - les promesses de campagne du candidat à savoir le renouvellement et la parité. "J'en suis le garant et, là-dessus, je serai intraitable", a-t-il souligné, toujours selon M. Castaner, estimant que le rôle du Premier ministre était d'"arbitrer".

Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, a annoncé mercredi 17 mai la composition du gouvernement d'Edouard Philippe.

L'Élysée a annoncé jeudi 18 mai qu'Emmanuel Macron choisira désormais les journalistes qui l'accompagneront lors de ses déplacements.

S'il est resserré, ce premier gouvernement de l'ère Macron compte cependant davantage de membres que le premier gouvernement Fillon qui avait battu un record sous la Ve République en la matière avec seulement quinze ministres, quatre secrétaires d'Etat et un Haut-Commissaire. Même si "cohérence ne veut pas dire uniformité".

Confidentialité, discipline, solidarité et responsabilité doivent être la règle au sein du gouvernement, a insisté le chef de l'Etat, a poursuivi le porte parole du gouvernement.

L'eurodéputée libérale Sylvie Goulard, 52 ans, qui était attendue aux affaires européennes (portefeuille finalement confié à l'eurodéputée centriste Marielle de Sarnez), est propulsée ministre des armées.

De gauche à droite, sur le perron de l'Elysée: Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innonvation, Jean-Michel Blanquer, à l'Education nationale, l'ancienne escrimeuse Laura Flessel, nommée ministre des Sports, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat au Numérique.

Qualifié de duo libéral, Bruno Le Maire, à l'Économie, et Gérald Darmanin, à l'Action et aux comptes publics, ne se quittent plus.

Avec la nomination du Premier ministre Edouard Philippe, proche d'Alain Juppé, le camp Macron espérait débaucher dans les rangs de la droite afin de provoquer un effet domino et amener une partie des Républicains à rejoindre La République En Marche! en vue des législatives de juin. "Un ministre ne pose pas de conditions, ni au Premier ministre ni au président de la République", a toutefois répondu Christophe Castaner lors de son premier point presse.

L'ancien animateur de télévision et figure de l'écologie Nicolas Hulot, 62 ans, qui avait jusqu'à présent refusé d'intégrer un gouvernement - de droite comme de gauche-, a franchi le pas et devient ministre de la "Transition écologique et solidaire".

"Donc il ne s'agit pas de contrôler, il ne s'agit pas d'imposer", s'est-il engagé. Il est né à Ollioules dans le Var. Christophe Castaner est marié et a deux enfants.

Le temps de la traditionnelle photo de famille, la presse est priée de rester derrière les grilles.

Jean-Yves Le Drian, 69 ans: ministre de l'Europe et des affaires étrangères. Elle s'est mise " en marche " de manière plus active durant l'entre-deux tours où avec une soixantaine de sportifs elle a signé un appel à voter pour Emmanuel Macron.

Gérard Collomb (gauche), un des premiers et principaux soutiens d'Emmanuel Macron, qui aura bientôt 70 ans, a été nommé au poste de ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, un département stratégique et ultrasensible, notamment depuis que la France est entrée en pleine guerre contre le terrorisme.

Recommande: