Les trois dossiers brûlants qui attendent Nicolas Hulot — Écologie

19 Mai, 2017, 17:30 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Nicolas Hulot fera-t-il partie du gouvernement d'Edouard Philippe? Réponse ce mercredi à 15 heures

Pour l'ancien ministre et directeur du WWF Pascal Canfin, " l'aéroport ne se fera pas avec Nicolas Hulot ".

" Toutes les solutions et les options sont sur la table".

"Ma conviction, c'est qu'il existe d'autres alternatives", a toutefois estimé Nicolas Hulot.

Relancé, l'ex-animateur d'Ushuaïa a répété qu'il existait "probablement une autre option qui permettra de satisfaire les intérêts des uns et des autres".

On l'a rappelé avant qu'il ne soit nommé ministre d'Etat à la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot est un opposant au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a marqué sa détermination à mettre en oeuvre l'intégralité de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, adoptée en août 2015.

Certains observateurs considèrent même qu'il pourrait appuyer la décision d'instaurer un prix de vente garanti pour l'électricité produite par les futurs réacteurs nucléaires français - à l'instar du choix de la Grande-Bretagne. Pour lui, un des enjeux stratégiques d'EDF est de "réussir le tournant du nucléaire", avec notamment le démarrage du réacteur EPR en chantier à Flamanville (Manche), prévu fin 2018.

Nicolas Hulot s'est voulu rassurant jeudi soir, tout en ouvrant des pistes en faveur des énergies renouvelables. "Il y a un chemin commun", assure pourtant le ministre de la Transition écologique.

Quelques heures plus tard, sur France 2, pour sa première interview en tant que ministre, Nicolas Hulot, n'a pas dévié de la ligne de M. Philippe. "Derrière le nucléaire, il y a des hommes et de femmes et donc les choses ne vont pas se dicter comme cela, il faut avoir une vision".

"On va essayer de travailler sur la médiation et donc nous ne voulons pas de mesures qui soient des mesures brutales", a assuré le nouvel hôte de Beauvau, sur RTL. En 2025, la part du nucléaire, par rapport à ce qu'elle était hier, et pas par rapport à ce qu'elle sera demain, elle doit être de 50%.

" C'est le dernier acte politique de Ségolène Royal, et moi j'ai promis de préserver l'acquis de Ségolène Royal". Enfin, le successeur de Ségolène Royal a eu un mot pour cette dernière en affirmant son intention de poursuivre son action pour la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim.

Recommande: