Énième épisode judiciaire autour du mandat d'arrêt suédois — Affaire Assange

19 Mai, 2017, 17:46 | Auteur: Gregory Millet
  • Le fondateur de Wiki Leaks Julian Assange lors d'une conférence de presse à l'ambassade d'Equateur à Londres le 5 février 2016

L'affaire Assange a connu vendredi un rebondissement spectaculaire avec l'abandon en Suède des poursuites pour viol contre le fondateur de WikiLeaks, réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres pour échapper à une extradition.

Face aux accusations de viol, Julian Assange a toujours dénoncé une manoeuvre en vue de le faire extrader vers les Etats-Unis, où il risque d'être poursuivi pour la diffusion de documents militaires et diplomatiques confidentiels.

Le gouvernement Trump a affirmé en avril que l'arrestation de l'Australien était une "priorité".

Des médias américains ont aussi affirmé que Washington serait en train d'établir des chefs d'inculpation en vue de son arrestation.

La Suède avait à cette fin émis un mandat d'arrêt européen, que Julian Assange, qui se trouvait alors au Royaume-Uni, avait attaqué, en vain, jusque devant la Cour suprême. Elle a expliqué avoir jeté l'éponge en raison de l'inefficacité d'une procédure exceptionnellement longue et non pas à la lumière de faits nouveaux sur le fond de l'affaire.

La source de Julian Assange, le soldat Bradley Manning devenu depuis Chelsea Manning, a été relâchée cette semaine après avoir purgé sept des 35 années de sa peine de prison. Il est libre de quitter l'ambassade quand il veut. "Il est naturellement heureux et soulagé. Je ne pardonne pas et n'oublie pas", a tweeté le 19 mai le célèbre lanceur d'alerte Julian Assange.

Mais Quito "regrette qu'il ait fallu plus de quatre ans au procureur suédois" avant d'interroger le créateur de WikiLeaks dans les locaux de l'ambassade, en novembre dernier.

"Nous sommes très contents et très émus, cela marque la fin de son cauchemar ", a insisté M. Marchand.

"Maintenant que la situation a changé et que les autorités suédoises ont abandonné leur enquête sur cette question, Monsieur Assange reste recherché pour une infraction beaucoup moins grave". "La police londonienne fournira des moyens proportionnés à ce délit", indique-t-elle dans un communiqué. Elle l'accuse d'avoir violé en 2012 les conditions de sa liberté sous caution au Royaume-Uni. "La Grande-Bretagne annonce qu'elle arrêtera Assange quoi qu'il arrive et refuse de confirmer ou de démentir qu'elle a déjà reçu une demande d'extradition des Etats-Unis", écrit-il sur Twitter.

Âgée d'une trentaine d'années à l'époque des faits, l'accusatrice de M. Assange, qu'elle avait rencontré lors d'une conférence de WikiLeaks à Stockholm quelques jours auparavant, a porté plainte le 20 août 2010.

"C'est un scandale qu'un violeur présumé puisse échapper à la Justice et par là éviter les tribunaux (.) Ma cliente est choquée, et aucune décision pour classer l'affaire ne peut changer le fait qu'Assange a commis sur elle un viol", a déclaré l'avocate dans un courrier électronique adressé à l'AFP.

Julian Assange soutient qu'elle était consentante et avait accepté de ne pas utiliser de préservatif.

L'enquête pâtit d'interminables complications procédurales depuis son origine.

A cause de ces retards, la plainte d'une autre jeune femme pour une agression sexuelle présumée à la même époque, en 2010, a été classée sans suite, frappée par la prescription en 2015.

Le viol présumé sera prescrit en 2020.

Recommande: