États-Unis : l'avenir s'assombrit pour Donald Trump

19 Mai, 2017, 07:34 | Auteur: Edgar Lajoie
  • L'ex-directeur du FBI Robert Mueller le 19 juin 2013 à Washington-AFP  Archives  SAUL LOEB

Chargé de l'enquête sur les liens entre la campagne de Trump et la Russie, l'ancien directeur du FBI Robert Mueller est réputé pour son indépendance et sa ténacité.

La nomination d'un procureur spécial est très rare aux Etats-Unis car il dispose d'une indépendance élargie et d'une marge de manoeuvre bien supérieure à un simple procureur ou au patron du FBI, mis à la porte la semaine dernière par Donald Trump. Il a dit dans un communiqué avoir "hâte de voir cette affaire se conclure rapidement".

Mercredi 17 mai, un ancien directeur du FBI a été placé à la tête de l'enquête approfondie sur les liens entre l'équipe de Donald Trump et la Russie, ainsi que sur l'éventualité que ces liens aient eu un impact illicite sur les élections présidentielles de 2016. La nomination vise à isoler les investigations du pouvoir politique en réduisant au minimum la supervision de ce ministère, qui exerce la tutelle du FBI et donc des agents qui enquêtent depuis l'été dernier dans cette affaire mêlant politique et espionnage.

Les élus démocrates du Congrès ont crié victoire. "Bob était un bon procureur fédéral, un grand directeur du FBI, et on ne pourrait pas trouver de meilleure personne pour assumer cette fonction", a déclaré la sénatrice démocrate Dianne Feinstein". Certains ont ainsi applaudi la nomination de Robert Muller."Mueller est un superbe choix. Cette décision devrait être largement acceptée", a déclaré le représentant républicain Jason Chaffetz, qui dirige le groupe de surveillance de la Chambre.

"Mueller est un excellent choix".

Un procureur spécial a en effet autorité pour mener son enquête plus indépendamment de la hiérarchie du ministère de la justice. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. "Le président Trump et ses conseillers de campagne ont beaucoup à craindre de son enquête", souligne Politico, qui titre lui aussi: "Le pire cauchemar de Trump devient réalité". Mais de plus en plus d'élus du congrès réclamaient une enquête indépendante sur l'influence qu'aurait cherchée à exercer Moscou pour favoriser l'élection du républicain Donald Trump au détriment de la démocrate Hillary Clinton.

Après cette éviction brutale, la presse a rapporté que Donald Trump aurait fait pression sur James Comey pour qu'il classe le volet de l'enquête concernant Michael Flynn, son éphémère conseiller à la sécurité nationale soupçonné de jeux troubles avec les Russes. Il n'a pas à informer le ministre ou ses adjoints des avancées de son enquête. Le policier aurait refusé, mais consigné cette conversation dans des notes qui ont commencé à fuiter dans les médias.

Recommande: