États-Unis : Robert Mueller, un procureur face à Donald Trump

19 Mai, 2017, 18:00 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Les polémiques liées à Donald Trump se font sentir à la Bourse suisse

Le milliardaire républicain, qui se plaignait encore le matin d'être maltraité par les médias, a réagi sèchement par voie de communiqué, sans mentionner M. Mueller. "Comme je l'ai dit à de nombreuses reprises, une enquête complète confirmera ce que nous savons déjà: il n'y a eu aucune collusion entre mon équipe de campagne et une entité étrangère", a-t-il déclaré, ajoutant: "Je suis impatient que cette affaire se conclue rapidement".

Robert Mueller avait défendu les vastes programmes de surveillance des communications, dévoilés par Edward Snowden, comme étant d'une "importance capitale" pour empêcher les actes terroristes.

Le rôle de Robert Mueller, sera, pour le ministère de la Justice, de superviser cette enquête aux multiples ramifications.

Sur le site de paris sur les événements politiques et financiers PredictIt, la probabilité de voir le président des Etats-Unis destitué en 2017 a atteint un taux record de 30% mardi dans la soirée dans des volumes d'échanges nourris, après les révélations du New York Times d'une note de James Comey compromettante pour le chef de la Maison-Blanche.

Le porte-parole de Donald Trump maintient que les reportages sont inexacts, mais sans vouloir s'exprimer publiquement. Mais ce dernier a une image de menteur et de manipulateur qui lui colle à la peau; sa crédibilité est donc plus qu'entachée.

Cette décision a été applaudie par les démocrates, qui demandaient la nomination d'un procureur spécial depuis des mois. La procédure se déroule en deux étapes. Il y conserve une majorité pouvant lui servir de filet de sécurité, les élus républicains étant dans l'ensemble loyaux et fidèles au président.

C'était le scénario que Donald Trump voulait éviter à tout prix.

Le numéro deux du ministère de la Justice, Rod Rosenstein, qui a annoncé la nomination de Robert Mueller, directeur du FBI de 2001 à 2013 (sous George W. Bush puis Barack Obama) au poste de procureur spécial, devait rencontrer jeudi après-midi les sénateurs démocrates comme républicains pour leur expliquer son initiative, qui a été très bien accueillie sur Capitol Hill.

Durant la campagne présidentielle américaine, la Turquie a payé Michael Flynn plus de 500 000 $ pour faire valoir ses positions.

Un président proche de la destitution? . Mais le seul fait qu'on évoque cette éventualité quatre mois après son arrivé à la Maison Blanche montre combien Trump est fragile et peu légitime, ce qui l'irrite d'autant plus: il ne supporte pas d'avoir été mal élu - il a obtenu trois millions de voix de moins qu'Hillary Clinton.

Elle représente en revanche un revers pour la Maison Blanche, pour qui l'enquête actuelle se suffisait à elle-même. Finalement, le président a démissionné du fait de l'enquête sur l'espionnage du parti démocrate dans son immeuble à Washington.

Décidément, l'ombre de la Russie plane sur cette présidence Trump...

Vladimir Poutine s'est ouvertement moqué mercredi du scandale des renseignements confidentiels révélés par son homologue Donald Trump, fustigeant un establishment américain " stupide", et a proposé de révéler la teneur de l'entretien entre son chef de la diplomatie et le président américain.

" Je devrais adresser une réprimande [à Sergueï Lavrov, ndlr], parce qu'il n'a pas partagé ces informations secrètes avec nous". Et si le mémo de Comey existe et dit ce qui a été rapporté, ce serait la preuve la plus forte contre Donald Trump. C'est aussi pour cela qu'ils le soutiennent encore.

Recommande: