Voici à quoi a ressemblé le premier conseil des ministres — Macron-Philippe

19 Mai, 2017, 23:22 | Auteur: Gregory Millet
  • Longévité des Premiers ministres sous la Ve République

"C'est le troisième acte de la stratégie de recomposition politique d'Emmanuel Macron, après son élection sur le thème +et de droite et de gauche+ et le choix d'un Premier ministre de droite", juge Olivier Ihl, professeur à Sciences Po Grenoble.

Ce chantier figurera parmi les tout premiers de la nouvelle équipe gouvernementale, dont le premier Conseil a eu lieu jeudi matin.

La parité y est respectée, avec onze femmes et onze hommes et autant de ministres de plein exercice de l'un comme de l'autre sexe, même si la présence du président et du premier ministre fera pencher la balance du côté masculin.

Il est " évidemment bâti pour durer " au-delà des législatives, a assuré Édouard M. Philippe jeudi sur France Inter.

Le secrétaire général du parti Les Républicains, Bernard Accoyer, a ensuite précisé par communiqué que les "membres de LR" qui ont "rejoint" le gouvernement "ne font plus partie des Républicains".

Gérard Collombest nommé ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur.

A ses ministres et secrétaires d'Etat, Emmanuel Macron a lancé: "Une invitation: ne changez pas!"

Mais la première chose, a-t-il ajouté, toujours cité par le porte-parole, c'est l'"exigence d'une fidélité totale" du Premier ministre au président de la République. "Donc bien sûr je participerai aux élections législatives et bien sûr j'essaierai de donner au président de la République la majorité dont il a besoin", a-t-il poursuivi.

"Les ministres sont des militants de la majorité présidentielle, ils ne sont plus les militants de tel ou tel parti politique", a-t-il martelé.

Signe de l'engagement qu'il attend de ses ministres en vue de ce rendez-vous essentiel, il a fait savoir que les ministres battus aux législatives devront démissionner. Toutefois, quelques ministres se sont démarqués, à l'instar de Nicolas Hulot, arrivé dans une Renault Fluence Z.E. électrique, voiture verte par excellence. Beaucoup d'observateurs et de politiques ont estimé qu'il avait sans doute obtenu des gages solides pour dire oui cette fois-ci à Emmanuel Macron, notamment sur le projet d'aéroport Notre-Dame-des-Landes auquel il est opposé, ou la réduction du nucléaire.

Elle suivra "la ligne sur laquelle le président" a été élu, a assuré jeudi le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, un proche de la première heure d'Emmanuel Macron.

"Cela n'a pas été abordé en conseil des ministres, mais bien évidemment, chacune et chacun d'entre nous doit soutenir les candidats de la majorité présidentielle", a dit M. Castaner.

"A titre exceptionnel" aussi, la presse sera tenue à l'écart de la sortie du Conseil, mais l'Elysée promet qu'à "l'avenir, les journalistes pourront de nouveau s'adresser aux ministres à l'issue du Conseil".

Les deux têtes de l'exécutif présenteront prochainement une "circulaire sur la place des cabinets" ministériels, a ajouté Christophe Castaner, soulignant "qu'il n'appartenait pas aux directeurs de cabinet de se substituer aux directeurs d'administrations centrales". Il devra "appliquer la feuille de route" fixée par le président. L'ex-animateur vedette d'Ushuaïa, désormais ministre de la Transition écologique, constitue l'une des prises majeures d'Emmanuel Macron après avoir refusé précédemment les sollicitations de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Deux ministres retrouveront par ailleurs la table du Conseil: Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense de François Hollande sans discontinuer tout au long de son quinquennat, promu ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, et Annick Girardin, nommée aux Outre-mer.

Recommande: