Royaume-Uni: niveau d'alerte maximal après l'attentat de Manchester

24 Mai, 2017, 19:56 | Auteur: Edgar Lajoie
  • La police à Manchester le 23 mai 2017  AFP

Le kamikaze, Salman Abedi, un Britannique d'origine libyenne, n'a "probablement pas agi seul", a dit Mme Rudd, soulignant que l'attentat qui a visé un concert pop était "plus sophistiqué que d'autres".

Près d'un millier de soldats ont commencé à se déployer sur des lieux sensibles dans les grandes villes.

Les autorités britanniques sont en alerte maximum après l'attaque qui a coûté la vie à 22 personnes lundi 22 mai, à la sortie du concert d'Ariana Grande à la Manchester Arena.

Selon plusieurs médias britanniques, Abedi était un Britannique né à Manchester de parents libyens ayant fui le régime de Kadhafi.

Un homme de 23 ans avait été arrêté quelques heures plus tôt à Chorlton, banlieue résidentielle au sud de Manchester, en lien avec l'attentat, selon la police qui n'a pas souhaité préciser la nature de ce lien. Peu y connaissaient cet étudiant "discret" et "réservé".

Mardi, de nombreux parents désespérés étaient toujours à la recherche de leurs enfants, tentant de s'aider des réseaux sociaux, alors qu'une structure d'accueil a été mise en place au stade de football de Manchester City pour apporter un soutien aux victimes et aux proches. D'après la police des transports, le kamikaze a activé sa charge au niveau des accès reliant la salle de concert au réseau de transports en commun de Manchester.

Saffie Rose Roussos, huit ans, assistait au concert de la star américaine Ariana Grande avec sa mère et sa soeur. La Une du quotidien populaire The Sun affichait la photo de cette petite brunette souriante face à celle du kamikaze, contrastant en légende "la pureté" et "le mal". Le bilan pourrait s'aggraver, certains des 59 blessés hospitalisés - parmi lesquels 12 ont moins de 16 ans selon une source médicale - se trouvant dans un état grave. "C'est une tragédie", a déclaré à l'AFP Stephanie Hill, venue assister au concert avec sa fille Kennedy.

Nick Lewis, père d'une collégienne grièvement blessée, a décrit près de dix heures de chirurgie: sa fille Freya "a été recousue, percée, ressoudée et ré-assemblée sous des pansements".

Les attentats se sont multipliés ces derniers mois en Europe- 86 morts en juillet à Nice, douze à Berlin en décembre, cinq à Londres en mars, cinq en avril à Stockholm - alors que l'EI subit de lourdes pertes militairement en Irak et en Syrie. L'EI y est implanté même s'il a subi des revers récemment à Syrte, dans le nord.

Le décès d'Olivia Campbell, une jeune fille de 15 ans, a été confirmé mercredi par sa mère, Charlotte, dans un message posté sur Facebook. Mon cœur est avec vous.

Recommande: