Un ver envoyé dans l'espace est revenu avec deux tête

15 Juin, 2017, 22:20 | Auteur: Ludovic Moineau
  • Des scientifiques affirment qu'un ver est revenu de l'ISS avec deux têtes

Le même communiqué précise également que lorsque "les chercheurs ont amputé les têtes qui avaient poussé chez le ver exposé à l'espace, le fragment de ver s'est régénéré en deux nouvelles têtes reconstituées, ce qui démontre que la modification du plan d'organisation du ver était permanente".

Malgré tout, ces mutations nous alertent sur les risques qu'encourent les hommes et femmes qui sont envoyés dans l'espace pour des missions de longues durées comme ce sera le cas pour les premiers colons de la planète Mars. Et un ver. Pour une étude scientifique, des vers ont été envoyés dans la station spatiale internationale (ISS), pendant cinq semaines. Et surprise, elle n'a pas repoussé, puisque c'est une deuxième tête qui a fait son apparition.

Ce sont des scientifiques de l'université américaine de Tufts qui ont dévoilé leur expérience sur le site Regeneration en avril dernier, rapporte Mashable.

Les résultats de l'expérience ont été publiés dans la revue Regeneration, où les scientifique affirme qu'"en plus de 18 ans d'expérience dans le maintien d'une colonie de D. japonica (le ver en question) qui comprend plus de 15.000 vers de contrôle rien qu'au cours des cinq dernières années, les chercheurs de Tufts n'avaient jamais observé l'apparition spontanée d'une double tête".

"Plus étrange encore, une fois revenu sur terre, le ver, qui a la faculté de se régénérer rapidement après amputation, est resté bicéphale". D'autres observations ont montré que certaines vers se clonaient dans un processus dit de scissiparité.

À leur retour sur Terre, les vers spatiaux ont été paralysés quelques heures et cherchaient plus la lumière que les spécimens restés sur Terre.

Cependant, les scientifiques précisent qu'on ne peut pas affirmer formellement que ces changements sont dus à la vie dans l'espace puisque, en comparaison, le groupe resté sur Terre n'a pas vécu le voyage ni subi d'atterrissage, situations difficiles à recréer sans les réaliser réellement. En effet, les chercheurs indiquent que les environnements des deux groupes n'étaient pas similaires, ce qui fausse la conclusion.

Recommande: