Le Parlement européen lève l'immunité de Marine Le Pen

16 Juin, 2017, 23:28 | Auteur: Stephane Girardot
  • Marine Le Pen le 25 avril 2017 lors d'une cérémonie d'hommage au policer tué par un jihadiste sur les Champs Elysées- AFP  Archives

La présidente du Front national, candidate à l'élection présidentielle, se voit reprocher par le maire de Nice Christian Estrosi de l'avoir accusé de financer l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), par le biais d'un loyer très modéré pour une mosquée.

Les élus européens ont voté la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen dans le cadre de cette affaire. Sauf que le parti dirigé par Marine Le Pen ne compte pas le laisser faire par son troll en chef.

La commission avait également rejeté l'objection du complot politique développée par Marine Le Pen, expliquant qu'il n'y a " aucune raison de soupçonner que la demande de levée de l'immunité parlementaire a été présentée dans l'intention de nuire à l'activité parlementaire ou politique de Marine Le Pen. Interrogée sur Christian Estrosi aux micros d'I-télé (ex-Cnews) et Europe1, Marine Le Pen avait assuré que "lorsque l'on aide le fondamentalisme islamiste à s'installer, à diffuser, à recruter (.) quelque part, moralement, oui, on est un peu complice".

A une question du journaliste, " Estrosi, complice des djihadistes? Pour combien de temps cependant, difficile à dire.

En janvier dernier, le tribunal de grande instance (TGI) de Nice avait adressé au Parlement européen "une demande de levée de l'immunité parlementaire de Mme Le Pen en sa qualité de députée européenne pour lui permettre de l'entendre dans des conditions qui le laissent libre de toute décision", avait indiqué le procureur de la République de Nice Jean-Michel Prêtre. Cette demande est en cours d'étude selon la procédure habituelle. De ce fait, il est visé par une information judiciaire ouverte pour "diffamation publique" à caractère raciste. Avec cette levée de l'immunité parlementaire, une suite pour donc être donnée à ce dossier. A la justice française désormais de faire son travail sur ces dossier, en attendant que le Parlement européen donne son aval, ou non, sur les autres affaires qui ont éclaboussé le Front national.

Recommande: