Nathalie Kosciusko-Morizet a quitté l'hôpital Cochin

17 Juin, 2017, 19:59 | Auteur: Gregory Millet

'Tous mes voeux de rétablissement à mon amie Nathalie Kosciusko-Morizet. "Je condamne cet acte d'une violence insupportable", a-t-il écrit sur son compte Twitter. NKM, déséquilibrée, a chuté sur le sol et perdu connaissance durant plusieurs minutes, sous une forte chaleur. Les pompiers sont intervenus et la candidate a repris connaissance. Se tenant la tête, elle a été installée dans leur camion et conduite à l'hôpital Cochin, où elle subissait, hier après-midi, des "examens médicaux approfondis ". Après une altercation en présences de journalistes, l'agresseur de NKM avait pris la fuite, en prenant la direction du métro. Selon certaines informations, l'homme aurait lâché: "c'est votre faute si on a Anne Hidalgo aujourd'hui comme maire". Il a affirmé à l'AFP avoir alors reçu des coups de sa part.

Un homme d'une cinquantaine d'années a été arrêté samedi 17 juin 2017, en début de matinée. Son signalement a été donné à la police.

Les faits font l'objet d'une enquête confiée à la police judiciaire. Le suspect n'a pas été interpellé. Son équipe a fait savoir qu'elle donnerait rapidement des nouvelles sur son état de santé.

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate Les Républicains aux législatives à Paris, "restera en observation" à l'hôpital la nuit prochaine, après l'agression dont elle a été victime jeudi matin alors qu'elle faisait campagne sur un marché, a annoncé sa directrice de campagne, Olivia Laurentjoye. 573 circonscriptions dont les candidats de la République en marche et du MoDem font figure de grands favoris, seules une centaine de circonscriptions présentant un second tour avec moins de cinq points d'écart entre les finalistes, au premier tour.

L'ancien Premier ministre et candidat dans la 1ère circonscription de l'Essonne, Manuel Valls, a témoigné "son soutien et son affection", condamnant "une agression intolérable que rien ne pourra justifier".

Recommande: