Annick Girardin, réélue de justesse, pourra rester ministre — Législatives

18 Juin, 2017, 20:40 | Auteur: Edgar Lajoie
  • AFP                       Annick Girardin joue son poste au gouvernement à Saint-Pierre-et-Miquelon

Rescapée du quinquennat de François Hollande, la ministre des Outre-Mer, membre du Parti radical de gauche mais soutenue par la majorité présidentielle, a obtenu 41,6 % des voix à Saint-Pierre-et-Miquelon, où elle brigue un troisième mandat.

Au regard de ces résultats -et même s'ils sont nettement moins favorables pour elle qu'en 2012 quand elle l'avait emporté au premier tour- la première ministre de l'historie de Saint-Pierre-et-Miquelon pourra donc rester en poste. Annick Girardin a été réélue de justesse dans la circonscription de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Des six ministres en lice, c'est elle qui a le plus de risques de devoir quitter son poste puisqu'en métropole, les cinq autres membres du gouvernement sont tous arrivés en tête avec une confortable avance.

REM présente 454 candidats au second tour, devant Les Républicains (264), le FN (120), La France insoumise (67), le Parti socialiste (65) et le MoDem (62).

Après le succès de REM dimanche dernier, le chef de l'Etat attend "une confirmation" qui lui permettrait d'appliquer clairement sa politique, à commencer par les ordonnances controversées sur la réforme du Code du travail ou la loi de moralisation politique au programme du Parlement en juillet.

L'abstention, le 11 juin, avait déjà atteint un niveau record depuis 1958, à 51,29%, signe d'une démobilisation des électeurs après la présidentielle. Elle pourrait grimper jusqu'à 53% à 54%, selon les dernières enquêtes, soit une dizaine de points de plus qu'en 2012 (44,6% au second tour).

Au lendemain de ces législatives, Edouard Philippe devrait, comme le veut la tradition, remettre la démission de gouvernement pour être aussitôt chargé d'en former un nouveau avec a priori peu de changements.

La position centrale de la formation d'Emmanuel Macron peut lui permettre d'espérer des reports de voix de candidats de droite comme de gauche éliminés au premier tour. C'est son suppléant Stéphane Claireaux qui siégera au Palais Bourbon.

Avec 13,74% au premier tour, LFI et le PCF pourraient, en s'alliant, tout juste atteindre les 15 sièges nécessaires pour constituer un groupe.

Plusieurs circonscriptions seront très observées: celles de Jean-Luc Mélenchon (Marseille), Manuel Valls (Essonne), Najat Vallaud-Belkacem (Rhône) ou Nathalie Kosciusko-Morizet (Paris).

Recommande: