Donald Trump prêt à démentir sous serment les déclarations de Comey

18 Juin, 2017, 22:26 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Chronologie de l'enquête sur la possible ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016 jusqu'au limogeage du chef du FBI James Comey

James Comey, l'ex-directeur du FBI, a été auditionné jeudi par le Sénat aux États-Unis. "Le but était de modifier la façon dont l'enquête sur la Russie était conduite". Il a accusé l'administration Trump de diffamation et de "mensonges". " Il s'agit de la première réaction personnelle de Donald Trump au témoignage de James Comey". "Si c'était sa méthode en tant que directeur du FBI, alors il méritait totalement d'être limogé, et s'il faisait fuiter régulièrement, il doit être poursuivi", a lancé vendredi son ex-directeur de campagne, Corey Lewandowski, sur NBC. Interrogé par une quinzaine de sénateurs qui cherchent à déterminer si les multiples requêtes présidentielles, formulées en tête à tête dans l'intimité du Bureau ovale ou de la Maison Blanche, représentent une interférence politique et une entrave à la justice, l'ancien premier flic des États-Unis a répondu en détails d'une voix posée. En parallèle, la Justice a nommé un procureur spécial, Robert Mueller, afin de protéger l'indépendance de l'enquête qui se poursuit...

Mais il a confirmé que M. Trump lui avait demandé sa "loyauté", alors même qu'il supervisait les investigations sur une éventuelle collusion entre des membres de l'équipe de campagne du républicain et la Russie pendant la campagne présidentielle de 2016.

'Mon bon sens me disait qu'il voulait quelque chose en échange de m'accorder ma demande de rester à mon poste', a-t-il dit, alors que son mandat courait jusqu'en 2023.

L'avocat du président des Etats-Unis a assuré que Donald Trump était satisfait du contenu d'une déclaration écrite par James Comey, ancien directeur du FBI limogé le 9 mai par le chef d'Etat, publiée ce mercredi à la veille de son audition par le Sénat. Mais 'je l'ai interprété comme une instruction', a-t-il dit, refusant de jouer sur les mots.

"J'étais tellement stupéfait par la conversation que j'en suis resté bouche bée", a-t-il dit aux élus.

Il a dénoncé les explications changeantes du locataire de la Maison Blanche sur les motifs de son licenciement, et accusé l'administration de l'avoir "diffamé", défendant l'honneur du FBI, qu'il dirigeait depuis 2013. "Je craignais honnêtement qu'il ne mente sur la nature de nos rencontres ", a-t-il insisté. Les mots sont soigneusement choisis, pesés.

Sur le fond et sur la forme, le président n'a jamais dit à M. Comey: "J'ai besoin de loyauté, je m'attends à de la loyauté".

Revoyez l'intégrale du témoignage de James Comey.

Comey n'est pas allé jusqu'à affirmer que Trump lui avait ordonné d'abandonner l'enquête lors d'un tête à tête le 14 février et c'est sur cette incertitude que Marc Kasowitz, l'avocat de Trump, a principalement bâti la défense de son client. "J'espère bien qu'il y a des enregistrements", a déclaré James Comey.

Cet aspect du dossier intéressait particulièrement les sénateurs car il pouvait trahir une tentative d'obstruction à la justice de la part de l'hôte de la Maison blanche. De nombreux républicains serraient au contraire les rangs, soulignant que l'ancien grand policier, au-delà de son trouble, s'était gardé de dénoncer aucun délit.

Recommande: