Le Real Madrid de Zidane conserve la Ligue des champions

18 Juin, 2017, 01:30 | Auteur: Gabriel Abbadie
  • Suivez en direct la finale de Ligue des champions entre la Juventus Turin et le Real Madrid

La Juventus a pourtant mieux démarré le match, malgré l'absence de ses deux blessés Pjaca et Sturaro, alors que le Real était au complet, même si Zidane choisissait de laisser Gareth Bale sur le banc. Et qu'il s'offre un doublé "Liga-C1" qu'il n'avait plus réalisé depuis 1958. Cristiano Ronaldo avait marqué auparavant en finale avec Manchester United en 2008 et avec le Real Madrid en 2014.

Un sacré parcours, accompli avec l'assurance de ceux qui n'ont plus rien à prouver au plus haut niveau: cela fait désormais sept saisons que le Real est a minima demi-finaliste de la reine des compétitions de clubs.

Les Turinois ont tiré de plus loin et de positions plus inconfortables. Avec 12 couronnes, il en compte pas moins de cinq de plus que son premier poursuivant, l'AC Milan.

L'AC Milan, justement, est dans le viseur des 'Merengues'.

Cette habitude des cimes européennes s'est encore vue samedi. Avec cette performance, CR7 gagne sa quatrième C1 mais file surtout vers un cinquième Ballon d'Or, la récompense individuelle suprême, qui sera décernée en début d'année prochaine. Et en fait, non. L'ouverture du score de Cirstiano Ronaldo (20e minute) est un modèle de réalisme: une action éclair lancée par Karim Benzema, menée à deux par le Portugais et Dani Carvajal, qui remet le ballon aux 18 mètres. Les Bianconneri n'ont pas tardé à répliquer avec un but exceptionnel, sur une retournée acrobatique de l'attaquant croate Mario Mandzukic (1-1, 27') permettant de recoller au score, et d'entamer la mi-temps sur un score de parité (1-1). L'affaire a alors été pliée en trois minutes: la frappe lointaine de Casemiro a été détournée au ras du poteau par Khedira (2-1, 61e) puis Ronaldo a converti de près un centre de Modric (3-1, 64e). Ensemble, ils comptabilisent 43 buts lors de la campagne 2016-2017 de la Ligue des Champions.

Cette défaite ne doit toutefois pas occulter le chemin parcouru par la Juve depuis qu'elle s'est lancée dans la course à l'Europe.

La suite du match était beaucoup plus calme, la Juventus semblant baisser les bras et ne plus trop y croire.

Rarement prise en défaut dans son recrutement, dotée d'une vraie culture du travail, de l'exigence et du jeu collectif, elle donne l'impression de progresser chaque année.

Recommande: