Agressée en pleine rue — Nathalie Kosciusko-Morizet

19 Juin, 2017, 18:57 | Auteur: Remi Laffitte
  • Des personnes portent assistance à Nathalie Kosciusko-Morizet candidate LR aux législatives à Paris qui a fait un malaise après une altercation avec un passant le 15 juin 2017 sur un marché du Ve arrondissement de Paris

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR aux législatives à Paris, a été confrontée samedi à l'homme soupçonné de l'avoir agressée sur un marché parisien mais l'intéressé, maire d'un village normand, a nié toute violence devant la police et sa garde a vue a été prolongée dans la soirée.

La scène a rapidement été relayée par l'ensemble des médias nationaux française.

NKM avait chuté et perdu connaissance plusieurs minutes, sous une forte chaleur.

"C'est une agression grave sur une élue de la République et j'espère une réponse de l'institution judiciaire à la hauteur", a-t-il ajouté.

L'ex-ministre française Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate de droite aux législatives à Paris, en campagne sur un marché du Ve arrondissement, distribuait des tracts lorsqu'un homme d'une cinquantaine d'années les lui a pris pour les lui envoyer au visage.

Le maire de Champignolles, dans l'Eure, est l'auteur présumé de l'agression de NKM sur un maché à Paris le jeudi 15 juin.

Depuis samedi, Vincent Debraize, était entendu en garde à vue par les enquêteurs.

A ce stade, leurs versions s'opposent: "Il a reconnu avoir insulté NKM, avoir arraché les tracts et les avoir jetés dans sa direction". Revenue à elle, elle avait été conduite, pour subir des examens, à l'hôpital Cochin. "Je vais mieux. J'ai besoin encore de quelque temps pour récupérer", a-t-elle alors déclaré. "A un moment donné, NKM a pris les tracts qu'elle avait en main et elle les a montrés au niveau de son visage (...) Lui les saisit, il prend les tracts de la main de NKM et fait un revers de la main avec les tracts vers le visage de Nathalie Kosciusko-Morizet", poursuit le photographe". M. Guaino a été éliminé au premier tour le 11 juin avec 4,51% des voix.

Cette blonde au teint diaphane, qui avait échoué en 2014 à ravir la mairie de Paris à la gauche, est en ballottage défavorable dans sa circonscription parisienne face à un candidat de La République en Marche, le parti du président centriste Emmanuel Macron, pour le deuxième tour dimanche des élections législatives.

L'AFP a considéré, "compte tenu de l'intérêt légitime de cette information et de la nature des photos", "qu'il relevait de sa mission de les divulguer".

Recommande: