Début de l'audition de l'ex-directeur du FBI James Comey — Etats-Unis

19 Juin, 2017, 20:15 | Auteur: Edgar Lajoie
  • ACTUALITESINTERNATIONALTémoignage accablant de l’ancien chef du FBI James Comey contre Donald Trump 8 juin 20170

J'avais eu de nombreuses conversations avec le président, et il m'avait dit à plusieurs reprises qu'il appréciait mon travail et qu'il espérait que je resterais à mon poste (.) Quand j'ai vu le président à la télévision dire que j'avais été limogé à cause de l'enquête sur la Russie, je n'ai pas compris. Il a accusé son administration de diffamation et de 'mensonges' et blâmé le président américain pour lui avoir intimé d'abandonner un volet de l'enquête russe sur un proche.

M. Comey a été limogé le 9 mai. Il a refusé d'émettre un avis juridique, s'en remettant au procureur spécial Robert Mueller, qui a repris l'enquête sur la Russie.

A la question de savoir si le président ou l'administration lui avait demandé explicitement d'"arrêter" l'enquête menée par le FBI sur les ingérences russes, il a répondu "non".

- "le président ne ment pas" - Il a détaillé la demande de M. Trump d'"abandonner" l'enquête visant le général Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité nationale, visé par une enquête du FBI pour n'avoir pas tout révélé de ses discussions avec l'ambassadeur russe.

"Je l'ai interprété comme une instruction", a-t-il dit. "Il est le président des États-Unis, seul avec moi, il dit qu'il espère ceci, je l'ai interprété comme une demande de sa part".

"J'étais tellement stupéfait par la conversation que j'en suis resté bouche bée", a-t-il dit aux élus. Il a accusé l'administration de l'avoir "diffamé" après son départ, défendant l'honneur du FBI, qu'il dirigeait depuis 2013.

Mais l'ancien chef du Bureau fédéral d'investigation n'a pas en revanche dit s'il pensait que le président des Etats-Unis avait commis une entrave à la justice.

En marge d'une rencontre avec le président roumain Klaus Iohannis à Washington, M. Trump a également nié avoir demandé à M. Comey de lui assurer sa "loyauté", contredisant une fois de plus les déclarations faites sous serment par l'ancien chef de la police fédérale.

Des extraits des notes prises par Comey après chacune de ses conversations avec Trump ont en outre été rendus publics à la veille des audiences. Dans quel contexte? A-t-il des preuves sur les éventuels liens de collusion entre Donald Trump et la Russie? "J'espère bien qu'il y a des enregistrements", a déclaré M. Comey. Pourquoi n'a-t-il pas démissionné? L'effort technique était considérable les moyens utilisés sophistiqués, et cela venait des sommets du pouvoir russe, nous n'avons aucun doute là-dessus. C'est aussi une "pente glissante", selon lui, car pour qui le FBI devrait-il faire une exception à sa règle de mutisme?

"Les Américains ont besoin d'entendre votre version de l'histoire", a déclaré en ouverture le président républicain de la commission, Richard Burr. "Nous vous remercions pour votre professionnalisme".

Il a par ailleurs assuré que Donald Trump n'avait jamais demandé, ou suggéré à M. Comey de mettre fin à une enquête contre qui que ce soit.

Certes, 'espérer' n'est pas un crime, a convenu M. Comey, interrogé par un sénateur républicain.

Recommande: