Heures du Mans: la Porsche N.1 leader arrêtée, en passe d'abandonner

19 Juin, 2017, 11:38 | Auteur: Gabriel Abbadie

C'est un incroyable coup de théâtre qui est survenu sur les 24 Heures du Mans, sur les coups de 11 heures du matin. Mais le lendemain, à 15 h, c'est bien cette 919 Hybrid, emmenée par les Néo-Zélandais Earl Bamber et Brendon Hartley associés à l'Allemand Timo Bernhard, qui a franchi la ligne d'arrivée en première place.

La 3e et dernière Toyota, la no8, a perdu tout espoir de victoire, après avoir dû s'arrêter longuement à son stand en fin de soirée en raison de problèmes de freins.

L'abandon de la Porsche N.1 après ceux dans la nuit de deux Toyota, ne laisse que deux LMP1 en piste, ce qui signifie qu'au moins une LMP2 montera sur le podium à 15 heures.

Les trois Toyota TS050 Hybrid n'ont pas réussi à briser la malédiction et à apporter à la marque japonaise son premier succès dans la Sarthe. La no 7 (Kobayashi-Conway-Sarrazin) et la no 9 (Lapierre-Lopez-Kunimoto) ont abandonné à un quart d'heure d'intervalle vers 01h00. Seule la no 8 de Sébastien Buemi, accompagné d'Anthony Davidson et Kazuki Nakajima, a rallié l'arrivée, en 9e position à 10 tours.

Les LMP2 ont du coup pu jouer dans la cour des grands.

Celle-ci s'est lancée dans un sprint infernal à trois heures de l'arrivée pour reprendre l'avantage sur l'Oreca du Jackie Chan DC Racing pilotée par le Vendéen Thomas Laurent. A 19 ans, ce dernier a été nommé rookie de l'année.

Si la Porsche qui possédait à ce moment là, 13 tours d'avance ne repartait pas, c'est l'ORECA 07, la N°38 de l'équipe Jackie Chan qui s'emparerait du commandement devant l'ORECA 07 de l'écurie Suisse Vaillante Rebellion qui suit à un tour et l'Alpine N°35, dans le même tour.

La forte chaleur qui a régné durant le week-end a été très éprouvante pour les machines comme pour les pilotes.

Recommande: