Heures du Mans: Porsche au bout du suspense, Toyota n'y arrive pas

19 Juin, 2017, 12:54 | Auteur: Ludovic Moineau

En deuxième position, l'Oreca-Gibson n°38 du Jackie Chan DC Racing, pilotée en partie par le vendéen, Thomas Laurent (accompagné du Chinois Ho-Pin Tung et du Britannique Oliver Jarvis) A 19 ans, il était le plus jeune pilote français engagé dans cette édition.

À chaque édition des 24 Heures du Mans, son scénario haletant. Dans la nuit, la n°7 (Sarrazin-Conway-Kobayashi), alors en tête de l'épreuve, et la n°9 (Lapierre-Lopez-Kunimoto) ont abandonné coup sur coup pour, respectivement, un problème de boîte de vitesse et un accrochage avec une LMP2.

Le constructeur allemand a lui aussi connu son lot de péripéties.

Mais avec seulement deux tours d'avance sur la Porsche n°2 et plus de trois heures de course, l'exploit historique qui aurait relevé du miracle ne s'est pas produit.

Une fois encore, l'épreuve des 24 Heures du Mans s'est montrée à la hauteur du mythe. Déjà la victoire de 2016 avait été étonnante avec les déboires de Toyota dans le dernier tour; celle de 2017 a été tout aussi épique avec des incidents en pagaille et finalement au nez et à la barbe de l'Oreca 07 Gibson du Jackie Chan DC Racing, le trio Bamber/Hartley/Bernhard a offert une nouveau succès en Sarthe. La Porsche de Brendan-Bamber-Bernhard a ainsi refait surface dimanche matin après l'abandon de sa soeur jumelle, la N.1 de Jani-Lotterer-Tandy, en tête depuis les soucis des Toyota.

Derrière, la Vaillante Rebellion est loin d'avoir fait de la figuration sur le circuit du Mans. Preuve plus que jamais qu'au Mans rien n'est jamais écrit d'avance.

Recommande: