Le graphique du jour: le premier tour des élections législatives françaises

19 Juin, 2017, 20:35 | Auteur: Remi Laffitte
  • Plus de 47 millions d'électeurs sont appelés à élire leurs 577 députés

Les Français ont commencé à voter dimanche pour le premier tour des élections législatives et le nouveau président centriste Emmanuel Macron semble en passe d'obtenir une large majorité pour réaliser les réformes qu'il a promises, en dépit d'une faible participation.

Le premier ministre Édouard Philippe s'est réjoui des résultats préliminaires lors d'un point de presse à l'hôtel de Matignon. "Malgré l'abstention, le message des Français est sans ambiguïté: pour la troisième fois consécutive, vous avez été des millions à confirmer votre attachement au projet de renouvellement, de rassemblement et de reconquête du président de la République", a-t-il déclaré.

Cinq des six membres du gouvernement -qui devraient démissionner en cas de défaite- virent nettement en tête: Richard Ferrand, malgré une affaire immobilière qui a terni la campagne de la REM, Christophe Castaner, Bruno Le Maire, Marielle de Sarnez et Mounir Mahjoubi. Annick Girardin (Outre-Mer), elle, est arrivée ex-aequo avec son rival à Saint-Pierre-et-Miquelon. Mais le premier ministre a surtout profité de ces résultats pour assurer que les réformes qu'il portait bénéficiaient désormais du soutien des Français. "Rien n'est joué, il faut rester mobilisé", a toutefois tempéré le porte-parole du gouvernement, alors que l'Elysée ne fera pas "de commentaire".

D'après les projections des résultats du premier tour des élections législatives diffusées en milieu de soirée dimanche soir, le parti du président de la République dépasserait même la barre des 400 députés dans l'Hémicycle. Plusieurs autres têtes d'affiche sont tombées au premier tour. Les Républicains, compteraient eux, de 70 à 110 sièges, le Parti socialiste, les radicaux de gauche, EELV et les divers gauches de 20 à 30 sièges, La France insoumise et le PCF de 8 à 18 sièges, le Front national de 1 à 5 sièges. C'est un "recul sans précédent de la gauche", a reconnu le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, qui a mis en garde contre le risque de "l'unanimisme" au Parlement. Le candidat du PS à la présidentielle Benoît Hamon a lui aussi été éliminé dès le premier tour, tout comme les anciennes ministres écologistes Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse.

Marine Le Pen, de son côté, a appelé à une "forte mobilisation des patriotes" pour faire contrepoids aux "politiques catastrophiques" d'Emmanuel Macron. Dont une partie devrait au final soutenir la majorité présidentielle. Un score "décevant pour notre famille politique", a convenu l'ancien président de l'Assemblée Bernard Accoyer.

François Baroin, chef de file de la droite aux législatives, a aussitôt appelé à un sursaut.

Quant au FN, il obtiendrait seulement un à dix sièges, contre deux lors de la précédente législature. Le Parti socialiste s'écrase à 7,44 pour cent. Quant au Front national, il obtient 13,2 pour cent des appuis. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon réunit 11% des suffrages, et devance ainsi le Parti socialiste et les radicaux de gauche du PRG, qui totalise 10,2%. La 2e force du pays est incarnée par les Républicains avec plus de 21% des voix. Les sondages prédisent un succès spectaculaire au parti présidentiel de la République en marche, mais l'abstention pourrait atteindre un niveau record sous la Ve République, ce qui introduit un élément d'incertitude: elle est évaluée entre 49% à 60% dans les derniers sondages, contre 57,22% en 2012.

Recommande: