Le PS face à une "déroute sans appel", Cambadélis quitte la direction

19 Juin, 2017, 19:45 | Auteur: Stephane Girardot
  • Le numéro un du Parti socialiste Jean Christophe Cambadélis le 18 juin 2017 à Paris

"Le triomphe d'Emmanuel Macron est incontestable, la défaite de la gauche est incontournable, la déroute du Parti socialiste sans appel". Cette imposante majorité ne correspond pas à la réalité sociale de notre pays. "J'accompagnerai ce combat avec volonté mais je ne le ferais pas en tant que premier secrétaire du Parti socialiste", a-t-il déclaré après l'annonce des premiers résultats à la fermeture des bureaux de vote, faisant savoir qu'une direction collégiale allait lui succéder "dans les plus brefs délais".

La soirée s'annonçait difficile pour le Parti socialiste, qui avait vu un grand nombre de ses candidats - notamment ses têtes d'affiches - éliminés dès le premier tour. Il annonce également vouloir "repenser la gauche". "La gauche doit tout changer, la forme comme le fond; ses idées, comme ses organisations". "C'est une tâche de longue haleine, j'y participerai avec humilité mais je souhaite le faire en étant libre de ma parole", a-t-il expliqué pour justifier sa démission.

Elle devra associer à ses travaux militants, sympathisants, forces vives de la gauche et bien entendu être consultée démocratiquement et de manière régulière. Il s'agit donc de repenser l'action politique en mêlant le principe d'efficacité à la demande citoyenne. Ce n'est pas une retraite mais il s'agit d'organiser une renaissance. Je prends cette décision sans amertume ni colère, conscient de mon devoir et du moment crucial pour la gauche. Quasiment tous ses proches ont été battus au premier ou au second tour.

Dimanche soir, Jean-Christophe Cambadélis a annoncé qu'il quittait son poste de premier secrétaire du Parti socialiste. Voilà ce dont la France a besoin.

Selon un responsable du PS, M. Faure pourrait faire partie des "prétendants naturels à reprendre les choses en main" après sa victoire.

Recommande: