Affaire Grégory: Ginette Villemin ne "croit pas" que le coupable sera retrouvé

20 Juin, 2017, 11:23 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Affaire Grégory : Deux membres de la famille inculpés pour séquestration

" J'ai l'impression de me retrouver 30 ans en arrière!". A peine arrivé, le garçonnet souhaite jouer dans le jardin. Vers 17h30, un corbeau revendique l'enlèvement du petit Grégory par téléphone. A 21h15, les pompiers repêchent le cadavre du gamin dans la Vologne, la rivière qui traverse le village de Docelles.

Ginette Villemin, la tante de Grégory, ne croit pas à la culpabilité de Marcel et Jacqueline Jacob, mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort dans le cadre de l'enquête. Retrouvez le replay de l'émission sur France 2 ici.

Michel et Ginette, qui peinent à dissimuler leur aigreur et leur jalousie sur fond de mésentente conjugale, tiennent par ailleurs à distance Jean-Marie Villemin et sa réussite "tapageuse".

Pour la justice, c'est Bernard Laroche, un cousin qui l'a enlevé devant sa maison le 16 octobre 1984 après 17h.

Les confidents avaient passé ensemble l'après-midi du 16 octobre 1984, au domicile de Michel. Il est le premier à apprendre la mort de Grégory après un appel du corbeau.

"Monique Villemin a été soupçonnée par beaucoup de ses proches de détenir la clé de l'énigme".

Face à une nuée de journalistes, le procureur est alors revenu sur les trois lettres du corbeau datant de 1983, sur la lettre reçue le jour du crime et sur les appels téléphoniques anonymes. La même année, elle est persuadée de la culpabilité de sa belle-fille Christine.

C'est elle qui a également élevé son neveu, Bernard Laroche, dont la mère - sa sœur - avait succombé en couche.

Il est tout de même inculpé d'assassinat, accablé par des expertises graphologiques et les contours d'un mobile construit sur la jalousie à l'égard de Jean-Marie, dont il ne supporte pas les succès professionnels et privés. Il sera abattu par Jean-Marie Villemin moins de deux mois plus tard.

"Il existe contre Bernard Laroche des charges très sérieuses d'avoir enlevé Grégory; en revanche (...), il est impossible d'affirmer que Grégory a été tué par Bernard Laroche", concluent les magistrats en 1993.

Recommande: