COR-Résultats des législatives, abstention 57,36%

20 Juin, 2017, 02:06 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Législatives : âge, sexe, profession, la nouvelle Assemblée en chiffres

Selon le répertoire national des élus 2016, 200 députés élus sont titulaires d'un mandat exécutif local (maire, adjoint au maire, vice-président ou président d'un conseil départemental ou régional.).

Le chef de l'État français, Emmanuel Macron, va pouvoir compter sur une majorité absolue à l'Assemblée nationale pour gouverner, selon les premiers résultats du second tour des élections législatives françaises publiés dimanche peu après la clôture des votes à 20 heures (heure locale). Un nombre record de femmes vont être élues.

La République en marche du nouveau président obtient 308 sièges, le MoDem de François Byarou 42 sièges, Les Républicains 113 sièges, l'UDI 18 sièges, les divers droite 6 sièges, le Parti socialiste 29 sièges, le PRG 3 sièges, les divers gauche 12 sièges, La France insoumise 17 sièges, les écologistes 1 siège, le Parti communiste 10 sièges, le Front national 8 sièges, Debout la France 1 siège, les régionalistes 5 sièges.

Le second tour des élections législatives a été marqué par une abstention record sous la Vème République avec un taux de 57,36 %. La question de savoir combien des 222 députés sortants ont été reconduits dans ce second tour a son importance car elle permettra de situer la dimension exacte du renouvellement d'une Assemblée dont on sait déjà qu'elle sera fortement féminisée puisque 40% de candidates ont le vent en poupe pour émerger dans les urnes. Ils y rejoignent Gilbert Collard, réélu dans le Gard. S'il quadruple le nombre de ses députés, le FN échoue cependant à constituer un groupe parlementaire de 15 députés. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Le visage de l'Assemblée nationale sera profondément transformé à l'issue de ces législatives. A quoi s'ajoute les effets du "dégagisme" qui a gagné un grand nombre d'électeurs français dans un pays où la défiance envers la classe politique traditionnelle est croissante.

Ces législatives consacrent la victoire de l'incroyable pari d'Emmanuel Macron, ancien haut fonctionnaire et banquier de 39 ans, jamais élu auparavant, qui a réussi à conquérir l'Élysée en mai grâce à un mouvement créé un an plus tôt. L'ex-candidat à la présidentielle a aussi affirmé que son parti aurait un groupe parlementaire qui effectuera une "résistance sociale" aux projets du gouvernement. Avant d'ajouter: "Mais non seulement ça n'est pas possible, mais ça n'est pas souhaitable!"

Une manifestation a d'ores et déjà été annoncée pour ce lundi par le "front social qui s'oppose à la refonte du code du travail".

L'abstention sera-t-elle aussi élevé ce dimanche?

La période qui s'ouvre, malgré la majorité absolue de LREM à l'Assemblée nationale, comporte un certain nombre d'inconnus. Les grandes manoeuvres se poursuivront cette semaine chez les grands partis.

Comme de tradition après un scrutin législatif, Edouard Philippe devrait remettre lundi ou mardi la démission de son gouvernement et en former immédiatement un nouveau, qui ne devrait pas comporter de grands changements. Si son approbation ne fait aucun doute, le vote des groupes minoritaires sera à examiner à la loupe.

Recommande: