CRISE DIPLOMATIQUE : Le Qatar réagit et se veut clair

20 Juin, 2017, 03:02 | Auteur: Stephane Girardot
  • Vue sur Doha au Qatar le 5 juin 2017- STR- AFP

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn, l'Egypte et le Yémen ont rompu lundi leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de "soutenir le terrorisme". Les personnes et organisations figurant sur cette liste "sont liées au Qatar et sont au service d'un programme politique suspect du Qatar", précise le document.

" Le gouvernement de la République islamique de Mauritanie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec l'Etat du Qatar ", lui reprochant de " soutenir les organisations terroristes et de promouvoir les idées extrémistes", selon un communiqué du ministère mauritanien des Affaires étranges, cité par l'agence. "Les dirigeants ont montré du doigt le Qatar - Et regardez!", avait écrit le président des Etats-Unis.

Il faut remarquer que la liste pourrait se rallonger si l'on s'en réfère aux alliés de l'Arabie saoudite sur le continent africain.

"Cette liste contient des noms de personnes qui n'ont aucun lien avec le Qatar, qui n'y vivent pas et qui peut-être ne s'y sont jamais rendus", a renchéri le ministre des Affaires étrangères du Qatar, cheikh Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue allemand Sigmar Gabriel, à Wolfenbütten (nord de l'Allemagne). Une réponse sous forme de provocation donc, alors que cette rupture s'est accompagnée d'un blocus économique de taille avec la fermeture des frontières terrestres et maritimes entre certains de ces pays et le Qatar, ainsi que des interdictions de survol aux compagnies aériennes qataries et de sévères restrictions aux déplacements des personnes.

"Le Qatar est l'un des principaux soutiens à l'extrémisme et aux organisations terroristes dans la région". Il s'agit de la plus grave crise depuis la naissance en 1981 du Conseil de coopération du Golfe. "Le Qatar accueille divers groupes terroristes pour déstabiliser la région, comme la confrérie des Frères musulmans, Daech (acronyme en arabe de l'Ei) et Al-Qaïda", a accusé ce responsable saoudien. Le Pentagone a toutefois assuré que les opérations militaires américaines au Qatar n'étaient "pas affectées" par la crise.

Recommande: