L'agresseur avoue avoir insulté Kosciusko-Morizet

20 Juin, 2017, 12:13 | Auteur: Remi Laffitte
  • DIRECT. Législatives. 61 % des Français pourraient revoir leur vote au second tour

D'après le récit d'une journaliste de l'AFP, la candidate de 44 ans distribuait des tracts sur le marché de la place Maubert dans le Ve arrondissement lorsqu'un homme les lui a pris pour les lui envoyer au visage, la traitant de "bobo de merde".

Si la défaite de Nathalie Kosciusko-Morizet n'est pas une surprise, c'est parce que la candidate LR se trouvait en ballottage très défavorable après le premier tour. L'ancienne ministre n'avait en effet obtenu que 18,13% des suffrages exprimés, très loin derrière le candidat de La République en marche, Gilles Le Gendre, et ses 41,81%.

Celle qui était jusque-là élue dans l'Essonne tentait pourtant de reprendre la circonscription de François Fillon, jugée "en or" pour la droite il y a encore quelques mois. Son avocat, Maitre Lachenaud, avait déjà expliqué à LCI que son client n'était pas en accord avec la version des faits données par Nathalie Kosciusko-Morizet.

Vincent Debraize fait partie des 33 maires à avoir parrainé la candidature à la présidentielle d'Henri Guaino, l'ex-"plume " de Nicolas Sarkozy qui se présentait aux législatives face à NKM dans cette 2e circonscription de la capitale. C'est "la main de madame Kosciusko-Morizet qui a heurté son propre visage et en aucun cas la main de mon client", a avancé un des avocats de Vincent Debraize sur BFMTV. Vincent Debraize, 55 ans, maire sans étiquette du village de Champignolles (moins de 40 habitants), dans l'Eure, arrivé menotté au tribunal, a été placé sous contrôle judiciaire, avec interdiction d'entrer en contact avec sa victime et de paraître aux abords de son domicile. La présidente du groupe LR au Conseil de Paris s'est inclinée " malgré un net sursaut des électeurs en [sa]faveur par rapport au premier tour", a-t-elle souligné. "Les défis sont nombreux, et les attentes immenses".

Recommande: