Les résultats en nombre de sièges — Législatives en France

20 Juin, 2017, 02:13 | Auteur: Edgar Lajoie
  • EN DIRECT. Majorité nette pour Macron, l'opposition se recompose

Cette dernière a elle aussi revendiqué la victoire et annoncé un recours.

Son allié Le Modem obtient 42 sièges (6,06% des exprimés). Ce score reste cependant nettement en deçà de la barre des 400 évoqué à l'issue du premier tour, le 11 juin.

Mais en battant une nouvelle fois un record d'abstention (57% contre 51,3% au premier tour), les électeurs ont refusé de laisser "carte blanche " au nouveau président.

Beaucoup de nouveaux venus, plus de femmes, des députés plus jeunes, voici le visage de la nouvelle Assemblée nationale au lendemain du second tour des élections législatives de ce dimanche 18 juin 2017.

Ce scrutin est également marqué par une première en Corse: l'élection de trois députés nationalistes, Michel Catellani, Jean-Félix Acquaviva et Paul-André Colombani. Autres (Debout la France, régionalistes, extrême droite): 6 sièges. Son chef de file François Baroin a salué un groupe "suffisamment important pour faire valoir les convictions" de la droite.

La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon serait en tête dans 17 circonscriptions et le Parti communiste l'emporterait dans 9 circonscriptions.

Taille des groupes, révisions constitutionnelles, motion de censure. Au Parti socialiste et au Parti radical de gauche, les élus obtiennent 32 sièges (dont 29 pour le PS). Encore s'agit-il d'une fourchette basse, le parti d'Emmanuel Macron ayant choisi de ne pas présenter de candidats dans une cinquantaine de circonscriptions, ce qui fait qu'une partie des députés des autres groupes lui sont "redevables".

Louis Aliot, vice-président du Front national et compagnon de Marine Le Pen, a annoncé dimanche à l'AFP son élection dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales, face à Christine Espert (Modem). Le FN triple malgré tout le nombre de ses députés et compterait entre six et huit députés sans parvenir à constituer un groupe parlementaire. Pour cette XVe législature, l'Assemblée sera en tout état de cause profondément renouvelée. Un nombre record de femmes vont être élues. A quoi s'ajoute les effets du "dégagisme" qui a gagné un grand nombre d'électeurs français dans un pays où la défiance envers la classe politique traditionnelle est croissante.

Ces législatives consacrent la victoire de l'incroyable pari d'Emmanuel Macron, ancien haut fonctionnaire et banquier de 39 ans, jamais élu auparavant, qui a réussi à conquérir l'Élysée en mai grâce à un mouvement créé un an plus tôt.

Il y a quelques mois encore, personne ne croyait vraiment en l'hypothèse d'une majorité absolue pour M. Macron.

Une manifestation a d'ores et déjà été annoncée pour ce lundi par le "front social qui s'oppose à la refonte du code du travail".

En attendant, l'imposant groupe macroniste sera réuni en séminaire le week-end prochain à la présidence de l'Assemblée nationale. Les grandes manoeuvres se poursuivront cette semaine chez les grands partis.

"La question principale est de savoir comment le Président Macron, qui a sa propre majorité au parlement et n'a pas besoin de compromis politique, réalisera son programme électoral assez amorphe et parfois populiste", a écrit le sénateur.

Recommande: