Macron remporte la majorité absolue — Elections en France

20 Juin, 2017, 04:52 | Auteur: Edgar Lajoie
  • La République en marche (LREM) vers une majorité absolue au parlement

La majorité absolue à l'Assemblée est de 289 sièges. Emmanuel Macron devrait immédiatement demander à Édouard Philippe de former un nouveau gouvernement.

Plus de 47 millions d'électeurs sont appelés à voter pour ce scrutin où le niveau d'abstention - qui avait atteint 51,3% au premier tour, un record - sera observé de près.

A droite, les Républicains ont remporté 113 sièges, l'UDI 16 et les divers droite 6. Très loin des 284 sièges de l'Assemblée sortante, deux fois moins que lors du désastre de 1993. Cette dernière a elle aussi revendiqué la victoire et annoncé un recours.

Au plan national, LFI obtient 17 élus et le Parti communiste, dix, selon les chiffres du ministères, là aussi bien mieux que prévu.

En grande difficulté depuis son ralliement à Mme Le Pen entre les deux tours de la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan a été réélu dans l'Essonne.

Non investi par le PS, mais sans concurrent REM, Manuel Valls est l'un des rares anciens ministres à survivre au naufrage. Même sort pour le chef de file des frondeurs PS Christian Paul ou le numéro 2 du FN Florian Philippot ou le bras droit de François Fillon, Jérôme Chartier.

Europe Écologie Les Verts disparaît pratiquement de l'Assemblée, avec un seul élu. Il échappe aux accusations de pleins pouvoirs, voire aux soupçons de dictature que certains n'hésitaient pas à brandir face à la perspective d'un groupe de 450 députés En Marche. Mais les détracteurs d'Emmanuel Macron estime que ces résultats lui laissent les mains trop libres pour gouverner. Le prochain rendez-vous électoral aura lieu le 24 septembre, avec le renouvellement de la moitié du Sénat, actuellement à droite.

"Le Premier ministre Édouard Philippe devrait " dans la journée " présenter sa démission, avant un remaniement plutôt " technique " " dans les jours qui viennent", a indiqué lundi 19 juin le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner.

Le Premier ministre prononcera vraisemblablement le 4 juillet sa déclaration de politique générale à l'Assemblée. Comme celles de "constructifs" LR, tels Thierry Solère et Franck Riester, réélus.

L'objectif est de permettre aux députés de la XV législature " d'acquérir rapidement une connaissance opérationnelle de leur statut et des procédures parlementaires les plus courantes et d'identifier le rôle des services et de l'administration parlementaire", a expliqué l'Assemblée nationale.

Les nouveaux parlementaires ont commencé à arriver dès lundi au Palais-Bourbon. Les députés ne siègent pas encore en groupe mais par ordre alphabétique. The Economist (Royaume-Uni) dresse ainsi le portrait d'"un ancien ministre socialiste de l'Economie de 39 ans, auparavant banquier d'affaires, qui ne s'était jamais présenté à aucune élection", et qui "a d'ores et déjà mis à mal toutes les règles pour devenir président dès la première tentative".

Les groupes éliront leur président et le successeur au perchoir de Claude Bartolone sera élu le 27 juin. En attendant, l'imposant groupe macroniste sera réuni en séminaire le week-end prochain. A cette occasion doivent être attribués les postes-clés de la nouvelle chambre.

Recommande: